/investigations/environment
Navigation

Le ministre des Forêts perdu en forêt

Forets Pierre Dufour
Photo d'archives Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs

Coup d'oeil sur cet article

Il y a un grand absent dans le nouveau documentaire de notre Bureau d’enquête sur l’état de la forêt québécoise : le ministre des Forêts.

Coupes à blanc inquiétantes dans certains secteurs, écosystèmes en danger, animaux menacés... Autant d’enjeux d’une grande importance qui auraient mérité des explications de l’élu qui, au sein du gouvernement Legault, est responsable de ces dossiers.

• À lire aussi: Minuit moins une pour des caribous

• À lire aussi: Notre carte interactive: 20 ans de coupes forestières au Québec

Si le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, brille par son absence dans le documentaire Défendre nos forêts, disponible depuis hier sur la plateforme VRAI, ce n’est pas faute d’avoir essayé de lui donner la parole.

Pendant quatre mois, le ministre et son équipe ont joué au chat et à la souris avec mes collègues Marie-Christine Noël et Ninon Pednault, les artisanes derrière ce grand reportage.

Multiples tentatives

Nous avons tenté une première approche dès le 7 juin dernier avec le responsable des relations médias du ministre.

S’est ensuivie une cascade de relances, auxquelles l’entourage du ministre n’était vraiment pas empressé de donner suite. Il pouvait s’écouler plusieurs jours, voire des semaines avant que nos courriels obtiennent des réponses.

Le 5 juillet, nous avons même envoyé au cabinet de Pierre Dufour les questions détaillées que nous voulions lui poser, à la demande de ses attachés de presse. Ce genre de pratique n’est vraiment pas courante dans notre métier, mais nous voulions mettre toutes les chances de notre côté pour que le ministre accepte de nous parler.

Nous avons même accepté la proposition du cabinet de parler plutôt aux sous-ministres Mario Gosselin et Alain Sénéchal. Mais finalement, le ministère nous a indiqué en août que ça ne serait pas possible de parler aux sous-ministres. On répondrait seulement à nos questions par écrit.

Nous avons offert de nombreuses plages de disponibilité pour que l’entrevue ait lieu. D’abord, le mois de juin. Puis trois semaines en août. Puis quelques jours au début septembre.

Le 19 octobre, on nous a fait comprendre que le ministre ne nous accorderait une entrevue qu’après avoir visionné le documentaire. Là encore, ce n’est pas dans nos pratiques de montrer un projet de reportage à un intervenant avant sa diffusion, en échange de sa collaboration.

Deux poids, deux mesures

Ce n’est qu’hier que le ministre a daigné s’asseoir avec notre Bureau d’enquête, à Québec. Nous prévoyons publier une entrevue avec lui mardi prochain, et des extraits vidéo seront également disponibles sur notre site web.

On va se le dire, faire un documentaire sur la forêt sans le ministre qui est responsable de la forêt, c’est décevant. Pourquoi Pierre Dufour est-il si hésitant à défendre ses dossiers ?

Même le ministre de la Santé, Christian Dubé, probablement l’élu le plus occupé au cours de la dernière année, nous a donné la possibilité de le suivre pendant des semaines entre février et juin alors que se mettait en branle la campagne de vaccination.

Son collègue aux Transports, François Bonnardel, manque aussi rarement une occasion de vanter dans les médias la pertinence d’un troisième lien entre Québec et Lévis.

Rien pour faire changer d’avis ceux qui croient que la préservation des espaces naturels n’est pas une priorité pour la CAQ. 

Jean-Louis Fortin
Directeur du Bureau d’enquête

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.