/lifestyle/psycho
Navigation

Rebondir après les épreuves

Christine Michaud
Photo courtoisie, Karine Audet

Coup d'oeil sur cet article

Celle qui a pour habitude de promouvoir, dans ses livres et ses conférences, le mieux-être et le bonheur vient de nous surprendre avec son nouvel ouvrage, Choisir la joie et la légèreté, écrit à la manière d’un récit biographique. L’auteure Christine Michaud y raconte ses récentes épreuves, dont la perte de sa mère, ainsi qu’une rupture amoureuse. Tandis qu’elle amorce la cinquantaine, elle profite de ce moment charnière pour une prise de conscience sur sa vie qu’elle partage avec ses lecteurs.

Il y a d’abord eu le décès de sa mère, âgé de 78 ans, qui déjà souffrait de la maladie de Parkinson, qui a été emportée par la COVID-19 en novembre 2020. « Elle est morte toute seule dans des conditions atroces dans un CHSLD », laisse tomber Christine Michaud, visiblement bouleversée par ce drame. 

La mort d’un proche amène habituellement une prise de conscience puisqu’inévitablement, elle nous confronte à notre propre mort. Mais pour l’ex-animatrice et conférencière, la réflexion est allée plus loin, au point de mettre un terme à sa relation amoureuse avec son conjoint.

De plus, comme pour plusieurs, la pandémie l’a obligée à revoir ses plans professionnels alors qu’elle entrait à pieds joints dans la cinquantaine, une période souvent appréhendée par les femmes.

Remise en question

Christine Michaud
Photo courtoisie

Avec le début de la cinquantaine viennent plusieurs questionnements. 

« Je ne vois plus la vie de la même façon et je ne croyais pas pouvoir vieillir auprès de mon conjoint », confie l’auteure qui a fait un parallèle entre sa vie et celle de sa mère. 

« Après la mort de ma mère, je me suis mise à penser à sa vie ainsi qu’à la mienne. J’ai eu 50 ans un mois après la mort de ma mère, on prend conscience que notre énergie et notre corps changent et j’ai eu envie de vivre pleinement ma vie avec un aspect moins superficiel. » 

Pour celle qui souhaitait accepter sereinement le processus de vieillissement, tout en vivant avec passion et pétillement en souhaitant l’amour profond, véritable et durable, elle ne se trouvait plus un bon endroit. Ainsi, un mois plus tard, elle décide de rompre avec son conjoint estimant que même si on vieillit, on peut être aimée profondément pour qui nous sommes et non pour les apparences. 

Accepter pour rebondir

On compte plusieurs étapes afin de traverser un deuil ou une quelconque épreuve. « Il faut dans un premier temps accueillir et accepter pour ensuite parvenir à transcender et rebondir », estime Christine Michaud. « Il faut aussi savoir accepter son impuissance. »

Comme elle le dit si bien, la vie nous offre des occasions de pivoter de l’ombre vers la lumière. « Les épreuves de notre existence nous font cadeau de la résilience, de la force et du courage », conclut-elle.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.