/misc
Navigation

Serre du zoo de Québec: quel gaspillage!

Zoo_7
Photo d'archives L'ancien Zoo de Québec

Coup d'oeil sur cet article

S’il est un comportement qui m’indigne, c’est le gaspillage. Surtout lorsqu’il s’agit de richesses qui nous appartiennent collectivement.

Détruire un joyau

La serre de l’ancien zoo de Québec est un trésor architectural hors du commun. Elle a été construite en 2002, au coût de 14 millions, avec notre argent. Si quelqu’un voulait en bâtir une pareille aujourd’hui, il lui faudrait payer au moins 40 millions.

Mais voilà que le gouvernement du Québec l’a cédée au Centre de services scolaire des Premières-Seigneuries qui s’apprête à la démolir. Sa directrice soutient ne pas avoir les moyens de la rénover ni de l’entretenir. Il est prévu de faire pareil avec le Pavillon des fauves et des primates.

Mauvaise gestion

Si nos élus avaient un peu plus de vision et surtout de volonté politique, on n’en serait pas là. Ils soutiennent avoir « tout tenté pour sauver la serre ».

« Tout tenter », pour eux, signifie un appel de projets, très peu publicisé, ne laissant que 6 semaines aux intéressés pour déposer une proposition. En plus, ils devaient avoir les garanties de financement. Quelle tentative bidon !

Plutôt que de détruire la serre et le pavillon, il faudrait que les pouvoirs publics et les citoyens travaillent ensemble pour trouver des solutions écologiques et économiques.

Quand on veut, on peut

La serre pourrait être donnée à la Ville de Québec ou à un OBNL pour en faire un jardin botanique, un site d’agricul-ture urbaine ou un projet artistique. Les bénéfices sur la santé de telles initiatives dans des espaces verts et lumineux sont reconnus.

On pourrait aussi confier la serre à l’Université Laval pour y faire de la recherche et de l’enseignement. Ou un espace d’éducation relative à l’environnement puisque deux écoles seront construites à proximité.

Des mécènes privés pourraient contribuer. Plusieurs fondations ont bénéficié d’excellentes performances en Bourse durant la pandémie. Les ressources sont là si on les cherche !

L’avenir nous dira si cette serre deviendra un projet innovant ou l’emblème d’un gaspillage monumental de la CAQ.