/lifestyle/books
Navigation

Un parcours non conventionnel

Alex Bastide
Photo courtoisie, Dan Mathieu

Coup d'oeil sur cet article

Rebelle dans l’âme, l’entrepreneur et jeune homme d’affaires, Alex Bastide n’avait rien qui pouvait laisser présager un tel parcours professionnel. Adepte de skateboard, le jeune homme qui aime baigner dans l’univers punk et qui, de surcroît, est anticapitaliste a pourtant réussi à lancer des boutiques de sport au Québec et jusqu’à Vancouver en plus de lancer sa chaîne de restaurants.

« Je détestais l’école et je haïssais l’autorité », clame l’entrepreneur Alex Bastide et auteur du livre, Sortir du cadre. À 13 ans, déjà, il travaillait pour les autres et est aussi tombé dans l’univers de la drogue pour se faire de l’argent. « De la drogue qui est aujourd’hui légale », précise-t-il.  

En peu de temps, Alex Bastide, laisse tomber ce qui est illégal et décide de devenir un homme d’affaires. Mais comment peut-on passer de délinquant à entrepreneur ? « En travaillant beaucoup et en étant passionné parce que l’on fait », répond Alex Bastide.  

À 16 ans, il planche sur son plan d’affaires, et en 1995, à 19 ans, ce passionné de skateboard ouvre sa première boutique de sport. Deux ans plus tard, son chiffre d’affaires s’élève à un demi-million de dollars. À 23 ans il compte quatre magasins de sport, et ajoute à son arc la musique, une autre de ses passions. Dès lors, il compte 80 employés, une salle de spectacle et deux compagnies de disques. 

Il passe ensuite à la restauration en ouvrant un premier restaurant, L’Gros Luxe. Après avoir ouvert et exploité huit restaurants au Québec, quatre ans plus tard, il se dirigera vers le franchisage. 

« C’était devenu difficile de faire la tournée des restaurants seul », fait remarquer l’homme d’affaires qui admet ne pas avoir eu le choix, un peu malgré lui, d’entrer dans le monde du capitalisme. Il a opté néanmoins pour demeurer propriétaire de ses huit premiers restaurants et s’associer à une entreprise experte en franchisage pour la suite des choses.

Des valeurs humaines

Selon l’entrepreneur, la clé la plus importante pour réussir réside dans les valeurs humaines. « J’aime traiter les autres comme j’aimerais être traité. L’empathie et le respect sont des valeurs auxquelles je tiens », confie Alex Bastide. 

Habité par des sentiments de compassion, il estime que ce sont ces valeurs qui l’ont mené l’a où il se trouve souhaitant améliorer le sort du monde. D’ailleurs, sa devise pour ses restaurants demeure d’offrir des repas à prix abordables dans une ambiance amicale et conviviale. 

Si tout peut sembler facile pour ce jeune entrepreneur, il concédera qu’il y a aussi eu beaucoup de moments difficiles. Alors qu’il pensait que le pire était derrière lui, la pandémie est survenue l’obligeant à fermer temporairement ses huit restaurants et à mettre 300 employés au chômage. Mais des projets et des idées, Alex Bastide en a encore plein la tête. Aujourd’hui, au début de la quarantaine, il souhaite avant tout que ses restaurants L’Gros Luxe puissent s’ouvrir un peu partout à travers le pays et même ailleurs notamment aux États-Unis tout en améliorant sa qualité de vie. Il aimerait également retourner à Vancouver où il a vécu un certain temps. 

  • Alex Bastide est le fondateur et propriétaire de la chaîne de restaurants, L’Gros Luxe.
  • On peut le suivre sur son site : www.lgrosluxe.com
Alex Bastide
Photo courtoisie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.