/sports/racing
Navigation

Baptême de feu en Coupe du monde pour Cédrick Brunet

COURTOISIE
Cedric Brunet skates in the men's 500m during the lo
Photo Dave Holland, Patinage de vitesse Canada

Coup d'oeil sur cet article

CALGARY | Le grand jour est arrivé pour Cédrick Brunet.

• À lire aussi: Dans la cour des grands à 20 ans

Le patineur de 20 ans de Gatineau fera ses débuts en Coupe du monde alors que l’élite internationale s’arrête au Canada pour la première depuis février 2020. « C’est le grand jour que j’attendais, a résumé Brunet. Ça va être un moment très spécial, surtout que la Coupe du monde se passe à la maison et que mes parents seront présents. Ce sont des sentiments que je ne peux pas décrire. »

« Je suis fébrile, mais je vais me retrouver dans un environnement que je connais déjà, ce qui représente un avantage, de poursuivre Brunet. Je vais affronter de nouveaux patineurs, mais je patine souvent à Calgary depuis trois ans et je ne serai pas trop dépaysé. »

Deux objectifs

Alors qu’il s’était pointé à Calgary en octobre pour les nationaux sans aucune attente, Brunet avait causé la surprise en améliorant son record personnel par 0 s 97 pour terminer en troisième place en vertu d’un chrono de 34 s 97. 

« Les attentes sont plus élevées cette fois-ci, a-t-il reconnu, mais je ne dois pas m’en mettre trop sur les épaules. C’est certain que l’ambiance va être différente, mais j’ai très bien fait à Québec la fin de semaine dernière lors d’une étape de la Coupe Canada. »

Brunet a deux objectifs en tête. «Mon but est de prendre de l’expérience et de réussir le standard de Patinage e vitesse Canada de 34 s 90, a-t-il expliqué. Si je veux me donner une chance d’aller aux Jeux olympiques, je dois réussir le standard. Même en terminant en 3e position aux Essais olympiques le 27 décembre au Centre de glaces, je ne me qualifierais pas pour les Jeux si je ne réalise pas le standard. C’est le temps qui compte et non la position. Je me bats avec moi-même et non avec mes adversaires.»

Piqué

Ce fameux standard lui a fait rater les trois premières étapes de la Coupe du monde même s’il avait terminé au troisième rang aux nationaux. «En début de saison, je n’avais pas d’attentes, mais un Top 4 au national devait me permettre de me qualifier pour la Coupe du monde. Je n’ai pas pu y aller parce que je n’avais pas réussi le standard. Ça m’a piqué et je veux régler le dossier.»

En fin de semaine, le Canada peut aligner un 5e patineur par épreuve parce que la Coupe du monde a lieu à la maison.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.