/news/politics
Navigation

Partys des Fêtes à 20 personnes: «Une commande politique», dit le chef du PQ

L’entourage du premier ministre accuse Paul St-Pierre Plamondon de verser dans le «complotisme»

Coup d'oeil sur cet article

Le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, a répondu à une «commande politique» en augmentant la limite des rassemblements privés pendant les Fêtes à 20 personnes, croit le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon.  

• À lire aussi: 7 questions pour votre réveillon: ce qu'il faut savoir sur les assouplissements annoncés

• À lire aussi: COVID-19: dix fois moins de morts qu’à pareille date l’an dernier

Mardi matin, avant d’annoncer la recommandation de la Santé publique, le ministre de la Santé avait assuré lors d’une rencontre avec les porte-parole en santé des trois partis d’opposition que la décision par rapport à Noël se ferait attendre «encore plusieurs jours», a raconté en point de presse M. St-Pierre Plamondon. 

Quelques heures plus tard, les partis d’opposition faisaient front commun pour réclamer une enquête publique sur la gestion de la crise de la COVID-19. 

«Et, coup de théâtre, le jour même, le gouvernement fait une annonce, comme quoi ce sera 20 personnes. Donc, à vous d'en juger, je pense que c'est un gouvernement, on le sait tous, qui instrumentalise, à des fins politiques, la santé publique et la pandémie, mais là c'est rendu à un niveau tel que c'en est risible», a pesté le chef du Parti Québécois.   

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:   

Questionné à savoir s’il demeure convaincu des fondements scientifiques des décisions prises par la Santé publique, M. St-Pierre Plamondon a tourné les projecteurs vers le premier ministre. 

«Moi, c'est François Legault qui m'a convaincu. Il m'a convaincu qu'il passait des commandes politiques, la semaine dernière, en disant exactement le nombre de personnes qu'il voulait à Noël», a affirmé le chef du Parti Québécois. 

Du «complotisme», réagit le cabinet du PM

Piqué au vif, l’entourage de François Legault n’a pas tardé à réagir sur les réseaux sociaux. «Aïe aïe aïe, Paul St-Pierre Plamondon verse dans le complotisme ce matin», a commenté dans un tweet le directeur des relations médias du premier ministre, Manuel Dionne. 

La cheffe libérale, Dominique Anglade, croit elle aussi que le front commun fait par les partis d’opposition a précipité le dévoilement du plan des Fêtes. 

«C’est un gouvernement qui aime avoir de la diversion quand il y a un enjeu spécifique par rapport à ce qu'ils font. On l'a vu à plusieurs reprises, ce jeu de diversion là. Donc, ça ne m'étonnerait absolument pas», a indiqué Mme Anglade en répondant aux questions des journalistes. 

Mme Anglade a cependant assuré qu’elle était «à l'aise» avec la recommandation formulée par la santé publique. 

Pour sa part, la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, s’en est tenue à soulever des questions sur la position de la Santé publique concernant les tests rapides à l’approche de Noël, qui n’est pas assez claire à son goût. 

Quant à l’augmentation du maximum d’invités lors de rassemblements privés, «ce que je souhaite, surtout, c'est qu'il n'y ait pas, dans une semaine ou deux, une espèce de virement de cap», a dit Mme Massé.