/sports/racing
Navigation

Patinage de vitesse: Laurent Dubreuil veut conclure en force

La Coupe du monde de Calgary est la dernière avant les Jeux olympiques

SSKATING-WCUP-NOR-500M
Photo d’archives, AFP Le patineur de vitesse longue piste Laurent Dubreuil tentera de remporter une première médaille en Coupe du monde en carrière à Calgary, en fin de semaine.

Coup d'oeil sur cet article

CALGARY | Après avoir abaissé son record personnel à deux reprises à ses deux dernières courses de 500 m, Laurent Dubreuil pourrait-il faire tomber le record canadien qui tient depuis 2007 en fin de semaine à l’occasion de la Coupe du monde à Calgary ?

Établi par Jeremy Wotherspoon à Salt Lake City, le record canadien est de 34 s 03. Ce chrono fut le record mondial pendant huit ans avant que Pavel Kulizhnikov réussisse un temps de 34 secondes à Calgary en 2015. Le Russe a haussé la barre avec un temps de 33 s 61 en mars 2019.

Dubreuil a signé des chronos de 34 s 09 et 34 s 05 vendredi et dimanche derniers à la Coupe du monde de Salt Lake City pour ainsi améliorer son record personnel de 34 s 11. À la mi-octobre lors des nationaux à Calgary, le champion du monde en titre avait réussi un temps de 34 s 12.

« Cela aurait été plus facile à Salt Lake City parce que c’est la glace la plus rapide au monde, mais c’est possible de battre le record canadien à Calgary, a raconté Dubreuil, qui est préqualifié pour les Jeux de Pékin sur 500 m. C’est réaliste de croire en mes chances, mais c’est ambitieux. »

Un rêve

Dubreuil se souvient encore très bien de la performance de Wotherspoon quand il avait établi son record mondial. 

« J’étais un ado de 15 ans en 2007 et c’était un temps mythique que Jeremy avait réalisé. C’était le rêve de tout le monde de battre ce temps. Parce que le temps de 34 s 03 a tenu huit ans, ça démontre que c’était un temps incroyable. »

« Ça serait le fun de battre le record canadien, mais mon objectif est plus de descendre sous les 34 secondes, de poursuivre Dubreuil. De voir apparaître 33 au début de mon temps me permettrait de briser une barrière mentale. C’est un objectif qui est à ma portée et il me reste deux courses pour l’accomplir. »

Malgré son palmarès éloquent, Dubreuil n’a jamais gagné une médaille à Calgary. « Je suis passé près à quelques occasions et j’ai connu de bonnes courses, mais c’est un manque à ma biographie que j’espère corriger. C’est la meilleure chance que je n’ai jamais eue d’en gagner une. »

Légère blessure

« J’ai hâte que ça finisse parce que les courses se succèdent et c’est éprouvant, mais je suis confiant qu’il me reste encore trois bonnes courses, de poursuivre Dubreuil, qui se produira devant son père. Je veux terminer en force. Après Calgary, je vais prendre une semaine de repos avant d’entreprendre une période d’entraînement qui va me permettre d’aller chercher une coche de plus en prévision des Jeux. »

Blessé à l’aine lors du 500 m, dimanche dernier, Dubreuil se sent en bonne forme. 

« À ma surprise, je me sentais mieux lundi qu’après la course. Je vais être correct [vendredi] pour le premier 500 m à moins d’un gros pas en arrière. Je vais faire un tour lancé, [jeudi]. Ça va être le gros test, mais je ne pense pas avoir de problème. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.