/opinion/columnists
Navigation

Les gestionnaires de CHSLD mangeraient-ils leur chnoute?

Coup d'oeil sur cet article

Hier, j’avais les blues. L’hiver, la maudite COVID, le soleil qui se couche à 16 h, la confusion concernant les tests de dépistage que les voyageurs devront passer au retour des vacances... 

Tout ça assombrissait mon humeur. 

Or, j’ai retrouvé mon sourire en 30 secondes.

Grâce à quoi ? Au succulent souper qu’a préparé ma blonde. 

Des boulettes de porc à la péruvienne avec des patates douces rôties aux épices. 

J’en ai léché le fond de mon assiette...

LE MEILLEUR ANTIDÉPRESSEUR

C’est ça, la bouffe.  

Ça ne fait pas que mettre du gaz dans le moteur. 

Ça nourrit ton âme. Ça te réconforte, ça te ressuscite, ça te réchauffe l’intérieur.

Ça peut même te ramener en enfance. 

La bouffe, c’est le meilleur antidépresseur au monde. 

Que des gestionnaires de CHSLD ne comprennent pas cette vérité élémentaire me dépasse. 

La sauce d’un plat servi à un résident d’un CHSLD du Nord-de-l’Île-de-Montréal est remplie d’eau après que l’assiette eut été mal décongelée quelques heures plus tôt.
Photo courtoisie
La sauce d’un plat servi à un résident d’un CHSLD du Nord-de-l’Île-de-Montréal est remplie d’eau après que l’assiette eut été mal décongelée quelques heures plus tôt.

Si tu ne comprends pas ça, désolé, mais tu n’es pas digne de diriger un CHSLD ou un hôpital. 

T’es même pas digne de gérer une animalerie aux Promenades du Boulevard, à Dolbeau. 

Je parlais de ça à Paul Brunet, l’infatigable directeur général du Conseil de la protection des malades, hier, à QUB radio. 

« La solution est simple, m’a-t-il dit. Il faut obliger les gestionnaires de CHSLD à manger la bouffe qu’ils offrent à leurs résidents. Si on les obligeait à faire ça, tu peux être sûr que ça changerait en deux jours... »    

  • Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec Paul Brunet sur QUB radio:   

Je dirais même : en une demi-journée.

Tu manges une toast vieille de trois jours au petit-déjeuner, et tu ne veux plus jamais vivre ça. 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

MANGER TON MANGER

Je suis allé dans un Club Med il y a quelques années. 

Chaque jour, on croisait le gérant du Club.

Il faisait le tour des restaurants pour voir si la nourriture était bonne et si les clients en avaient pour leur argent. 

Parfois, on le voyait au buffet.

D’autres fois, au resto japonais ou au resto italien. 

C’est le b.a.-ba de toute gestion efficace. Pas besoin de faire une maîtrise en administration des affaires pour comprendre que le gérant d’un hôtel doit manger la bouffe que sert son hôtel ! 

Si tu ne comprends pas ça, désolé, mais tu n’es pas digne de diriger un hôtel ou un restaurant. 

T’es même pas digne de gérer une roulotte à patates frites sur le bord de la 368, à Sainte-Pétronille. 

Pensez-vous que les gestionnaires des CHSLD mangeraient la chnoute qu’ils servent à leurs résidents ?

Jamais dans 100 ans !

Pourquoi ils la servent, alors ?

L’AFFAIRE EST DANS LE SAC

Savez-vous ce qu’il faudrait ?

Il faudrait qu’un résident de CHSLD entame une grève de la faim (après avoir contacté les médias).

Là, ça bougerait ! 

Que voulez-vous, c’est comme ça que ça fonctionne. Être gentil et suivre docilement les règles, ça ne marche pas. 

Il faut que tu pognes le gouvernement par les bijoux de famille et que tu serres de toutes tes forces.  

Là, on va s’intéresser à toi ! 

Là, tu vas soudainement devenir important !

Sinon, tu vas crever en silence pendant qu’on se demande si on ne devrait pas financer un stade de baseball... 

  • Écoutez le commentaire de Richard Martineau à LCN sur QUB radio :