/news/coronavirus
Navigation

Suspendus sans solde: 458 travailleurs en santé refusent le dépistage

Coup d'oeil sur cet article

Non seulement des travailleurs de la santé refusent de se faire vacciner, mais des centaines d’entre eux sont présentement suspendus sans solde après avoir refusé de subir un dépistage obligatoire. 

• À lire aussi: Près de 2000 nouveaux cas: Dubé s’attend à ce que la hausse des infections se poursuive

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a révélé jeudi sur Twitter que 458 travailleurs non vaccinés ont refusé de se faire dépister et sont donc suspendus sans solde.

Après avoir reculé sur la vaccination obligatoire des employés du réseau de la santé cet automne, Québec a imposé trois tests hebdomadaires aux employés qui ne sont pas adéquatement immunisés. 

« Soyons clairs : nous avons bien de la misère à comprendre comment un travailleur de la santé refuse de se faire vacciner. C’est un non-sens total », a commenté jeudi l’attachée de presse du ministre de la Santé. 

« Nous sommes entièrement d’accord avec les établissements qui suspendent sans solde leurs employés qui refusent de se faire dépister, a-t-elle ajouté. D’ailleurs, cette nouvelle démontre que le dépistage obligatoire dans le réseau, ce n’est pas négociable. » 

Invités à se faire dépister

Du côté de la Fédération de la santé et des services sociaux (CSN), on invite le gouvernement à faciliter le dépistage pour les employés récalcitrants. 

« Depuis le début de la pandémie, nous avons réclamé une utilisation accrue du dépistage comme moyen de prévenir des éclosions dans les milieux de travail et c’est ce que nous continuons de faire, affirme son président, Réjean Leclerc. Le gouvernement et les établissements du réseau doivent mettre plus d’efforts pour rendre le dépistage disponible directement dans les milieux de travail et le rendre plus rapide. » 

À la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), on insiste surtout sur la responsabilité des travailleurs. « Le réseau de la santé est sous haute tension et nous avons besoin de tout le monde. Il n’y a aucune raison de refuser de se faire dépister. La protection de la première ligne est impérative. La FIQ rappelle que la meilleure protection demeure la vaccination, combinée à l’ensemble des mesures de protection », estime Isabelle Groulx, vice-présidente, responsable du secteur santé et sécurité au travail.

À VOIR AUSSI:    

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres