/news/currentevents
Navigation

Un enseignant poignardé par un élève dans une école de Montréal

L’enseignant a été hospitalisé pour soigner de graves lacérations à la poitrine

Coup d'oeil sur cet article

La flambée de violence est loin de s’essouffler à Montréal, alors qu’un élève de 16 ans aurait poignardé son enseignant, connu comme le plus « cool » de l’école, jeudi avant-midi dans le quartier Saint-Michel.  

• À lire aussi: Un évènement «troublant», selon Guilbault et Roberge

• À lire aussi: Enseignant poignardé à Montréal: «Tout le monde doit mettre la main à la pâte», dit la mairesse Plante

« Tout le monde l’aime, lance Zachary, un élève de secondaire 4, choqué par le drame. C’était le professeur le plus cool. Si qui que ce soit se fait poignarder, tu penserais pas que ce soit lui. »

Des membres du groupe d’intervention médicale tactique d’Urgences santé sont intervenus à l’école John-F.-Kennedy, jeudi matin à Montréal, pendant que le suspect était toujours en fuite.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Des membres du groupe d’intervention médicale tactique d’Urgences santé sont intervenus à l’école John-F.-Kennedy, jeudi matin à Montréal, pendant que le suspect était toujours en fuite.

L’événement pour le moins troublant s’est produit peu après 10 h. Les cours venaient de se terminer à l’école secondaire John-F.-Kennedy, située sur la rue Villeray. Un adolescent est entré dans la classe de l’enseignant en arts visuels Maxime Canuel pendant que les élèves étaient en train de quitter le local. 

Photo Agence QMI, Maxime Deland

« Pour aucune raison apparente, il s’est dirigé vers le professeur et a utilisé son couteau deux fois contre lui. Il s’est ensuite enfui à l’extérieur », explique le porte-parole de la Commission scolaire English-Montréal Micheal J. Cohen.  

  • Écoutez le journaliste de TVA Nouvelles, Yves Poirier, avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:   

Problèmes de comportement

L’enseignant de 41 ans s’est immédiatement dirigé vers le bureau administratif afin de demander de l’aide. Isaiah Savoury, un élève de secondaire 1, l’a croisé dans les moments qui ont suivi l’attaque. 

L’enseignant Maxime Canuel, qui a été poignardé.
Photo courtoisie
L’enseignant Maxime Canuel, qui a été poignardé.

« M. Canuel a dit qu’il avait été poignardé et [l’agresseur] est juste passé devant toute notre classe en haut. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Je suis allé en classe parce qu’ils nous l’ont demandé. On s’est assis au sol et on est restés silencieux. »

Un impressionnant déploiement policier a été mis en place dans le secteur afin de sécuriser les lieux et de traquer le suspect. 

Ce dernier, connu pour des problèmes de comportement, a été arrêté par la police de Montréal à trois kilomètres de l’établissement anglophone alors qu’il tentait de s’enfuir à pied. Il n’a pas résisté à son arrestation. 

La Commission scolaire a d’ailleurs confirmé jeudi qu’il n’avait jamais été violent à l’égard de quiconque auparavant. 

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Parents inquiets

Maxime Canuel a été transporté vers un centre hospitalier pour soigner notamment de graves lacérations à la poitrine. 

On n’a heureusement jamais craint pour sa vie, même s’il a dû subir une intervention chirurgicale.   

  • Écoutez l’entrevue de Kathleen Legault, présidente de l’Association montréalaise des directions d'établissement scolaire   

Sur les réseaux sociaux, des messages de soutien ont commencé à déferler en fin de journée. Plusieurs élèves ont qualifié la victime d’enseignant d’exception, très proche et à l’écoute des jeunes.  

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Après avoir eu vent de l’agression, de nombreux parents sont venus faire le pied de grue devant l’école, impatients de retrouver leur enfant.

« [Notre fils] nous a juste dit qu’ils [les élèves] étaient en lockdown, qu’ils étaient enfermés en classe », indique Rosanna Valenzano, qui s’est déplacée rapidement sur les lieux avec son conjoint.

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Une onde de choc a régné toute la journée dans l’école secondaire, si bien qu’une équipe spécialisée dans les traumas a été déployée pour épauler les élèves. 

La Commission scolaire English-Montréal a d’ailleurs décidé de leur offrir un congé vendredi, afin qu’ils puissent ventiler auprès de leurs proches.


Les tentatives de meurtre et les homicides ont été nombreux au cours des derniers mois à Montréal. Trois adolescents ont d’ailleurs été tués dans la métropole québécoise cette année.