/opinion/faitesladifference
Navigation

Des Québécois ont faim

Coup d'oeil sur cet article

À l’approche du long congé des Fêtes et au moment des guignolées, le réseau de Banques alimentaires du Québec lance un appel pressant à la générosité des Québécois. La situation est particulièrement difficile cette année. L’insécurité alimentaire s’est accrue dans toutes les régions du Québec.

Avec la flambée des loyers et l’augmentation des dépenses courantes, des milliers de familles qui peinaient à joindre les deux bouts ont basculé dans la précarité. L’économie s’est redressée en 2021, mais la relance est inégale. Plusieurs secteurs sont encore fragilisés. Beaucoup de gens ont faim.

21,6 % plus de gens qu’en 2019

L’insécurité alimentaire a plusieurs causes. Les Banques alimentaires du Québec ont dévoilé en octobre dernier le Bilan-Faim 2021, qui présente les données recueillies dans les quelque 1200 organismes locaux d’aide alimentaire qui constituent leur réseau.

Les chiffres sont préoccupants. Plus de 600 000 Québécoises et Québécois de tout âge, de toute région, de toute origine ont besoin d’aide alimentaire chaque mois. C’est 21,6 % de plus qu’en 2019.

L’inflation fait des effets ravageurs chez les familles à budget serré. Le nombre de personnes occupant un emploi qui ont eu recours aux paniers de provisions a bondi de 40 %. Que tant de personnes vivent dans la faim est choquant. Il faut parvenir à resserrer les mailles du filet de protection sociale. Mais entre-temps, il faut donner. Généreusement, maintenant, partout. Et pour bien aider, pour faire le maximum de différence chez des familles qui sont dans le besoin, il faut bien donner. Voici quelques conseils d’usage qui nous viennent des banques alimentaires de quartier partout au Québec.

Bien donner pour bien aider 

  • Les conserves sont des incontournables, pour les fruits, les légumes, les protéines également. 
  • En matière de protéines toutefois, le thon et le saumon en conserve vont être préférés aux légumineuses, que tous ne savent pas apprêter. 
  • Les soupes-repas et ragoûts en boîte sont des plats consistants et simples à préparer. 
  • Les laits qui n’ont pas besoin d’être réfrigérés vont faire des heureux. 
  • Le beurre d’arachide est toujours aussi populaire et nourrissant. 
  • Pensez à faire des combinaisons. Par exemple, si vous donnez de la sauce, donnez aussi des pâtes. 
  • Les ingrédients de base sont souvent oubliés, mais en forte demande : riz, farine, sucre, huile végétale, sel, poivre, assaisonnements. 
  • Les banques alimentaires sont aussi une ressource pour d’autres produits qu’on trouve en épicerie, comme des accessoires (ouvre-boîtes, cuillères de bois), des savons (pour la vaisselle et la lessive), des produits d’hygiène (hygiène menstruelle, désodorisants, rasoirs).  

Il faut donner parce que les besoins sont grands et urgents. Les dons en denrées doivent être faits localement, dans chaque quartier ou région.

Si une entreprise désire faire des dons en grand volume pour tout le Québec, elle peut contacter Banques alimentaires du Québec et nous assurerons la distribution dans le réseau. Les dons en argent sont aussi très utiles et peuvent être faits via notre site web. Les Québécois peuvent également contacter leur organisme local pour donner du temps. Le réseau a grandement besoin de bénévoles.

Nous sommes reconnaissants d’avoir pu compter sur la solidarité et la générosité des Québécois dans les périodes cruciales. Nous sollicitons à nouveau leur appui aujourd’hui, car la situation est critique.

Merci de donner maintenant. Merci de donner souvent.

Martin Munger
Directeur général de Banques alimentaires du Québec

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.