/sports/others
Navigation

Une journée de rêve pour Laurent Dubreuil

Le Québécois devient le deuxième patineur le plus rapide au monde

Une journée de rêve pour Laurent Dubreuil
Photo Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

CALGARY | Laurent Dubreuil a vécu une journée mémorable en lever de rideau de la Coupe du monde de patinage de vitesse de Calgary, vendredi à l’Ovale olympique.  

• À lire aussi: Une opportunité en or pour Laurent Dubreuil au 1000 m

Devant son père Robert qui est arrivé moins d’une heure avant le départ de l’épreuve du 500 m parce que son vol avait été retardé, Dubreuil a battu le record canadien de Jeremy Wotherspoon qui datait de 2007, signé un record de piste et est devenu le deuxième patineur le plus rapide de l’histoire. Le Russe Pavel Kulizhnikov détient le record mondial de 33 s 61 depuis le 9 mars 2019. Il a aussi signé un chrono de 33 s 71. Il s’agit d’une septième médaille en sept courses depuis le début de la saison.

Une journée de rêve pour Laurent Dubreuil
Photo Didier Debusschère

Avec un chrono de 33 s 77, Dubreuil a pulvérisé son record personnel (34 s 05) par près de 0 s 3 pour remporter la troisième médaille d’or de sa carrière en Coupe du monde, sa deuxième de la saison, et signé le chrono le plus rapide depuis le début de l’année.

« Parce que je me sentais beaucoup mieux que la semaine dernière à Salt Lake City, je savais que je pouvais descendre sous la barre des 34 secondes pour la première fois de ma carrière, mais je n’avais pas en tête du tout de réussir un temps de 33 s 77, a raconté le patineur de Lévis. C’est plus qu’inespéré. » 

Pas de pression ressentie

« Même si trois patineurs avant moi avaient réussi un temps inférieur à 34 secondes et que je savais que je devais faire de même pour remporter une médaille, ce que je n’avais jamais réussi, je n’ai pas ressenti de pression, de poursuivre Dubreuil. J’ai exécuté mon plan de course sans penser aux résultats. Ce n’est pas la première fois que je me surprends. »

Une journée de rêve pour Laurent Dubreuil
Photo Didier Debusschère

En route vers son record national, Dubreuil a réussi le meilleur départ de sa carrière. Son temps de 9 s 46 en ouverture permettait tous les espoirs et il a franchi le dernier virage à une vitesse incroyable de 61,4 km. 

Après sa course, Dubreuil a eu droit à la visite de Wotherspoon qui est allé s’asseoir en sa compagnie pour le féliciter. « C’est clair que c’est une marque de respect de sa part, a indiqué le patineur de 29 ans. J’étais âgé de 15 ans quand Jeremy a réussi son temps de 34 s 03 et je regardais sa course tous les jours pour tenter de comprendre comment il pouvait être aussi bon. De réussir à battre son record 14 ans plus tard démontre que son temps était exceptionnel et qu’il était en avant de son époque. Je lui ai dit comment c’était significatif pour moi de battre son record. »

Un rêve

« C’est un rêve de jeunesse de battre ce record, d’ajouter le meneur du circuit de la Coupe du monde. C’est fou de l’avoir fait. C’est un objectif de très, très longue date. Il reste un gars à aller chercher. C’est gros 0 s 16 et ce n’est pas un objectif à court terme, mais je ne pense pas être à mon apogée et je crois être en mesure de poursuivre ma progression l’an prochain. »

Dubreuil sera de retour en action, dimanche, à l’occasion du deuxième 500 m et du 1000 m. 

Un papa qui est impressionné  

Laurent Dubreuil célèbre sa victoire en brandissant le poing en l’air après avoir franchi le fil d’arrivée.
Photo Didier Debusschère
Laurent Dubreuil célèbre sa victoire en brandissant le poing en l’air après avoir franchi le fil d’arrivée.

Olympien à deux reprises, Robert Dubreuil pouvait très bien mesurer l’ampleur de la réalisation de son fiston.

Les performances de Tingyu Gao (33 s 87), Yuma Murakami (33 s 89) et Viktor Mushtakov (33 s 96) auraient pu intimider Dubreuil, qui prenait le départ dans l’avant-dernière paire. « Parce que Laurent est le premier au général et que trois patineurs avaient déjà fait 33 secondes, sa réaction est impressionnante, a raconté le paternel. Il est demeuré calme et ne s’est pas laissé intimider. Il aime la pression. Quand j’ai vu son temps d’ouverture de 9 s 46, j’ai crié à Benoît (Lamarche) que c’était son meilleur à vie et je savais qu’il allait descendre sous la barre des 34 secondes pour la première fois. »

Père et fils ont pu échanger après la course tout en respectant les mesures COVID-19. « En me rendant à sa rencontre, j’étais émotif, mais moins quand je l’ai rencontré parce que je n’ai pas pu le serrer. C’est sa meilleure course en carrière. Je lui avais écrit avant la course pour lui dire de profiter de ces moments qu’il adore. »

Meilleure performance

Gregor Jelonek abondait dans le même sens. « C’est vraiment sa meilleure performance en carrière, a affirmé son entraîneur de longue date retenu à la maison en raison de la COVID-19 qu’il a contractée à la Coupe du monde en Norvège, mais qui a parlé avec son protégé immédiatement après la course. C’est une course d’anthologie. Les trois patineurs qui ont réussi un temps de 33 secondes ont mis de la pression sur Laurent. S’il y a un gars qui est capable de répondre à la pression, c’est bien Laurent. C’est l’une de ses forces. Au lieu de s’écraser, il a répondu. Il était fier de lui et je suis content de sa réaction. »

Pour la première fois de la saison, Dubreuil parvenait à vaincre le Chinois Gao. « Ça va être bon pour sa confiance et il va réaliser qu’il est aussi bon que le Chinois. Il va s’agir d’une grande motivation pour le dernier droit de sa préparation. Avec sept médailles en sept aux 500 m, on ne peut pas demander mieux. Il ne lui reste qu’à réussir une bonne course aux 1000 m, dimanche, pour assurer sa présélection. Après ça, on pourra s’attaquer à l’objectif ultime. »

Légende du patinage de vitesse, Jeremy Wotherspoon n’a rien raté de la prestation de Dubreuil, lui qui dirige l’équipe norvégienne de sprint. « C’était excitant de le voir aller. Je ne suis pas surpris qu’il ait battu mon record, mais je suis surpris qu’il ait retranché autant de temps à son record personnel. Je suis content d’avoir eu un impact sur Laurent et d’avoir pu l’inspirer. J’ai eu l’occasion de le voir progresser depuis un bout et je suis content que ça ne soit pas un étranger qui a battu mon record. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.