/lifestyle/books
Navigation

Des livres qui font réfléchir

Coup d'oeil sur cet article

Premier roman, nouvel album et nouveau spectacle, l’écrivaine, poétesse et actrice Natasha Kanapé Fontaine vit un automne occupé. Malgré tout, elle garde une place pour la lecture. Voici ces suggestions.

Que lisez-vous en ce moment ?

Petite femme montagne de Terese Marie Mailhot. Elle y parle sans filtre des traumatismes par lesquels elle est passée dans sa vie, des abus qu’elle a subis et de l’homme avec qui elle a partagé sa vie, car elle va chercher beaucoup de réconfort dans sa famille. Je me reconnais un peu dans sa façon d’être en relation avec ses traumatismes. Une lecture qui va peut-être être dure pour certaines personnes, mais pas pour moi.

Et juste avant ça, qu’avez-vous lu ?

Traces : discours aux nations africaines de Felwine Sarr. J’avais entendu parler de la pièce de théâtre, et il y a longtemps, j’ai lu Afrotopia. Il y a de nombreux parallèles à faire avec les Premières Nations d’ici, l’auteur invitant les nations africaines à redéfinir leurs philosophies et à s’interroger quant à leur rapport au monde.

Je me questionne beaucoup sur les peuples autochtones, sur comment au Québec on peut aller chercher notre autodétermination, ramener la circulation des savoirs entre chaque peuple. Les écrits de Felwine Sarr m’inspirent et me donnent plus de courage pour partager mes réflexions.

Est-ce qu’il y a un roman dont vous auriez vraiment aimé être l’autrice ?

Ça serait Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce que ça m’a impressionnée de voir que ce livre parlait du présent tout en traversant les époques. Pour écrire mon roman Nauetakuan : un silence pour un bruit, je me suis d’ailleurs inspirée de Gabriel García Márquez.

Vous pouvez nous parler de vos plus gros coups de cœur de ces dernières années ?

Champion et Ooneemeetoo de Tomson Highway. C’est une autobiographie surréaliste où l’auteur, qui est d’origine crie, raconte sa propre naissance, l’histoire de ses parents et celle de deux frères qui vont être envoyés à l’orphelinat. Il y a quelques années, Tomson Highway a écrit le livret de Chaakapesh, le périple du fripon, un opéra de chambre qui a été joué par l’OSM. Pour nous, c’est une très grande fierté.

Croc fendu de Tanya Tagaq. C’est une artiste que je suivais depuis plusieurs années. Elle maîtrise la tradition du chant de gorge inuit et elle fait ses propres créations, ses pièces donnant dans le punk et l’électro. En musique, elle est dans le grand flamboiement, et dans Croc fendu, j’ai eu l’impression de la retrouver. Dans son livre, il y a de la poésie et des courts textes, très poétiques aussi. Elle raconte l’histoire d’une jeune fille qui traverse toute la réalité de la vie dans le Nord. J’espère qu’elle va continuer à écrire.

Peau rouge, masques blancs : contre la politique coloniale de la reconnaissance de Glen Sean Coulthard. Cet essai nous plonge dans les relations entre le peuple autochtone et le gouvernement fédéral, avec cette politique qui est juste une façon de bien paraître et d’amoindrir tout ce qui s’est passé. C’est un ouvrage qui m’a marquée et qui est pour moi une grande référence pour m’aider à continuer à réfléchir.

Cartographie de l’amour décolonial de Leanne Betasamosake Simpson. Dans ce livre, il y a des textes et des poèmes où elle parle des relations entre autochtones. Par rapport à l’histoire canadienne, on porte tous une blessure, même si on n’en est pas conscient. La blessure de la violence coloniale. Et entre deux personnes autochtones, ça crée des difficultés pour s’aimer, pour se rejoindre. Leanne Betasamosake Simpson a donc fait la cartographie de cet amour-là.

Quel best-seller d’ici ou d’ailleurs a également réussi à faire votre bonheur ?

La nuit des temps de René Barjavel. Je l’ai lu au secondaire et j’ai été complètement happée par le livre. Je l’ai racheté dernièrement pour le relire, et c’est meilleur que dans mon souvenir.

Est-ce qu’il y a un recueil de poèmes que vous appréciez plus que tout autre ?

L’homme rapaillé de Gaston Miron. J’adore ce recueil. Quand j’ai commencé à écrire des poèmes, il a eu une très grande influence dans ma vie. J’y retourne d’ailleurs encore souvent.

Enfin, que comptez-vous absolument lire sous peu ?

Valide de Chris Bergeron. C’est une autobiographie de science-fiction qui parle de la réalité trans. Ça a reçu de très bonnes critiques. J’aimerais aussi lire Pompières et pyromanes de Martine Delvaux.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.