/news/education
Navigation

Embauche d’une enseignante voilée: le président de Western Québec reconnaît une «erreur»

Embauche d’une enseignante voilée: le président de Western Québec reconnaît une «erreur»
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Coup d'oeil sur cet article

Le président par intérim de la Commission scolaire Western Québec a reconnu que l’embauche au poste de professeure de Fatemeh Anvari, qui porte le hijab, était une «erreur», car elle contrevenait à la Loi sur la laïcité de l’État. 

• À lire aussi: Enseignante voilée retirée de sa classe: Québec renvoie la balle aux élus fédéraux

• À lire aussi: Loi sur la laïcité: tollé pour une enseignante retirée à cause de son voile

L’histoire continue de soulever les passions au Canada et à Ottawa, où de nombreux députés et commentateurs ont exprimé haut et fort leur désaccord.

«Quand je reçois une information comme quoi une prof dans notre commission scolaire ne se conforme pas à la loi 21, c’est nécessaire pour nos ressources humaines de vérifier et de régler ça», a déclaré Wayne Daly en entrevue vendredi.

M. Daly a dit n’avoir «aucune idée» des détails entourant l’embauche de Mme Anvari par les RH. «Au bout de la ligne, je ne m’intéresse pas à ça. Mon rôle, c’est de corriger le problème.»

«Peut-être que c’est notre erreur. Je peux vivre avec ça», a-t-il ajouté. «Mais ça change quoi si la personne a été acceptée par erreur ou refusée dès le départ? C’est moins grave si la personne n’est tout simplement jamais embauchée à cause de la loi 21?» s’est-il questionné.

Mme Anvari est entrée à Western Québec à titre de professeure suppléante au mois de mars dernier. Elle a commencé à enseigner en troisième année à la fin du mois d’octobre, avant d’être mutée vers une autre fonction le 3 décembre.

Le premier ministre François Legault déclarait vendredi qu’«ils auraient dû être plus clairs lors de l’embauche». «Les commissions scolaires sont là pour faire respecter la loi. Quand ils ont embauché l’enseignante, la loi 21 était claire, et ils auraient dû aviser l’enseignante», a-t-il déclaré aux journalistes.

«Je ne suis pas intéressé à une bataille avec le premier ministre du Québec», a dit en riant Wayne Daly. «Quand il dit que c’est la loi et qu’il faut la respecter, je suis absolument d’accord». M. Daly a rappelé que sa commission scolaire était farouchement opposée à la loi 21.

Vendredi, de nombreux députés libéraux ont ajouté leurs voix à celles de leurs collègues qui avaient déjà exprimé leur mécontentement envers Québec la veille.

L’élu de Pierrefonds-Roxboro, Sameer Zuberi, de confession musulmane, s’est rendu à l’école primaire en question pour apposer un ruban vert à la clôture en signe de solidarité avec Mme Anvari. D’autres, comme Jenna Sudds, ont évoqué que le gouvernement ne «peut exclure une nécessaire intervention du fédéral».

Dans les médias du Canada anglais, des commentateurs ont vivement critiqué les chefs de partis, les accusant de manquer de «colonne vertébrale» et de «fermer les yeux à la discrimination d’État» en évitant un affrontement direct avec Québec et François Legault.