/news/green
Navigation

Ottawa appelé au secours des caribous du Québec

Un décret d’urgence fédéral est possible comme pour la rainette faux-grillon

caribous forestier
Photos d'archives Le caribou boréal, le chevalier cuivré et la rainette faux-grillon (en mortaise) figurent sur la liste annexée à la Loi sur les espèces en péril qu’Ottawa est obligé de protéger. Le fédéral pourrait ainsi intervenir pour sauver les hardes de caribous du Québec.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le fédéral a en main les preuves que le Québec détruit l’habitat essentiel du caribou et il pourrait être forcé d’agir pour obliger la province à protéger cette espèce en péril.

• À lire aussi: Il restera des caribous dans les hardes isolées dans 5 ans, prédit le ministre Dufour

• À lire aussi: Les inventaires de caribous poursuivent leur déclin

• À lire aussi: Les derniers caribous forestiers

C’est ce qu’indique la Société pour la nature et les parcs (SNAP), qui envisage de poursuivre le gouvernement fédéral pour le pousser à l’action, comme il l’a fait dans le cas de la rainette faux-grillon à Longueuil.

« C’est une éventualité sérieuse », indique le directeur général de la SNAP, Alain Branchaud, biologiste anciennement affecté au rétablissement des espèces en péril à Environnement Canada. « Les gouvernements ont besoin de ces coups de pied dans le derrière pour agir », dit-il.

Son organisation a traîné Ottawa devant les tribunaux plus d’une fois et n’a jamais échoué. Au point qu’il fait maintenant trembler le ministère.

Avant même qu’une poursuite soit officiellement lancée, le cabinet du ministre de l’Environnement, Steven Guilbeault, a refusé notre demande d’entrevue, prétextant la judiciarisation du dossier.

Le porte-parole du ministre Gabriel Brunet a souligné que le ministère était « préoccupé par la situation ».

Au bord de l’extinction

D’après les nouveaux inventaires de populations publiés cette semaine, les populations de caribous de la Gaspésie et de Charlevoix sont toutes deux au bord de l’extinction. 

Or, ces animaux iconiques de la forêt boréale, dont font partie la rainette faux-grillon et le chevalier cuivré, figurent sur la liste annexée à la Loi sur les espèces en péril. Ottawa est donc obligé légalement de les protéger.

C’est sur cette base que le fédéral a adopté un décret d’urgence en novembre pour stopper le prolongement d’un boulevard dans l’habitat essentiel de la rainette.

C’est aussi sur cette base que la SNAP a obtenu d’Ottawa en 2018, dans le cadre d’une entente à l’amiable, qu’il publie un rapport sur les mesures de protection de l’habitat essentiel d’une espèce en péril tous les six mois.

« C’était un geste stratégique qu’on a fait pour réunir les preuves pour un recours. Maintenant, le gouvernement a en sa possession des documents qui montrent que le Québec ne protège pas l’habitat efficacement », explique M. Branchaud.

Pour lui, le gouvernement pourrait adopter un décret d’urgence pour sauver les caribous, comme il l’a fait pour la rainette.

Tout en plaidant pour la collaboration entre les paliers de gouvernement, M. Brunet confirme :

« Le gouvernement du Canada a la capacité d’imposer des mesures fédérales pour la protection d’espèces en péril [...]. Si le ministre est d’avis qu’une protection est nécessaire en vertu de la loi, il fera cette recommandation. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.