/sports/racing
Navigation

Verstappen et Hamilton: six actes d’une lutte mémorable pour le titre mondial

MOTOR-F1-ABUDHABI
Photo d'archives, REUTERS Au Grand Prix des États-Unis, au Texas, en octobre dernier, Max Verstappen et Lewis Hamilton avaient évité de peu une collision sur cette manœuvre.

Coup d'oeil sur cet article

Abou Dhabi | Pour arriver à égalité de points à la finale d’Abou Dhabi aujourd’hui, du jamais-vu depuis 1974, Max Verstappen et Lewis Hamilton ont livré un combat dantesque qui fait entrer le millésime 2021 dans les livres d’histoire de la Formule 1.

1. Imola – 18 avril  

La riposte de Verstappen

Dès les essais préparatoires, le duel s’annonce intense entre l’écurie dominante depuis 2014, Mercedes, et Red Bull, qui semble avoir comblé son retard, voire un peu mieux. 

Les prévisions se confirment lors du premier Grand Prix à Bahreïn à la fin de mars, mais Verstappen doit laisser la tête et la victoire à Hamilton après l’avoir dépassé hors limites.  

Échaudé, le Néerlandais répond dès la course suivante à Imola. De la troisième place, il prend un départ idéal, dans l’aspiration de son adversaire parti en position de tête. 

Sur une piste détrempée, Mad Max n’hésite pas à mettre deux roues dans l’herbe du bas-côté pour arriver à hauteur du Britannique au premier virage. 

Dans la chicane, il prend le meilleur sur Hamilton, poussé sur le vibreur. Verstappen s’impose. 

2. Silverstone – 18 juillet  

Haute voltige

Pour la dixième manche, Hamilton se présente devant son public, au Grand Prix de Grande-Bretagne, avec 32 points de retard (le plus grand écart de l’année).  

Auteur du meilleur chrono lors des qualifications, il doit pourtant laisser la position de tête à Verstappen, vainqueur de la première course sprint qualificative de l’histoire de la F1 le samedi.  

Échauffés, les deux pilotes se lancent dans un premier tour de haute voltige. Après plusieurs tentatives, Hamilton tente un nouveau dépassement dans le neuvième virage du trac de Silverstone. 

Une feinte à l’extérieur et Sir Lewis plonge à l’intérieur de cette courbe ultrarapide qu’il connaît par coeur. 

Verstappen ne lâche rien, mais il est percuté par l’Anglais et finit sa course dans le mur de protection. Sain et sauf, c’est tout de même de l’hôpital qu’il assiste, furieux, à la victoire de son rival, malgré dix secondes de pénalité.  

La rivalité entre les deux pilotes entre dans une autre dimension. 

3. Zandvoort – 5 septembre 

Marée orange

S’il n’y a pas vraiment de suspense en course, une fête populaire dans les tribunes bondées résume la ferveur que suscite Verstappen.  

Pour le premier Grand Prix des Pays-Bas depuis 1985, la fameuse «armée orange» envahit le site du circuit de Zandvoort avec 70 000 spectateurs.  

Déjà par milliers en Autriche, en Hongrie et en Belgique, les ultras néerlandais n’avaient cette fois pas à rouler plusieurs heures pour soutenir le héros national.  

Devant les siens, Verstappen remplit son contrat avec la position de tête, la victoire et la place de leader récupérée avec trois points d’avance après cette treizième manche sur 22. 

4. Monza – 12 septembre 

Le symbole de l’âpreté

Le ton est donné dès le premier tour par un petit accrochage sans conséquence.  

Mais à la mi-course, l’issue est tout autre. Le Britannique, qui vise une 100e victoire en F1, sort d’un arrêt aux puits de ravitaillement juste devant le Néerlandais. 

Au bout de la ligne droite, les deux monoplaces entrent flanc contre flanc dans la chicane.  

Serré par Hamilton, Verstappen grimpe sur les vibreurs, perd la maîtrise de sa voiture et la voit littéralement se poser sur celle de son adversaire, protégé par le halo de cette dernière. 

Les deux finissent dans les graviers et abandonnent, sans blessure malgré l’impressionnant accident. L’image restera comme le symbole de l’âpreté de cette lutte. 

5. São Paulo – 14 novembre 

Le récital de Lewis

Comme à Silverstone, Hamilton arrive malmené au Brésil, avec 19 points de retard. Il va pourtant remonter sur le ring, loin d’être passé au K.-O. 

Parti dixième après une disqualification en course sprint et une pénalité pour changement de moteur, il remonte à la deuxième place dès le 19e tour sur 71, sur le circuit d’Interlagos, à São Paulo. 

Au 48e tour, attaqué par l’extérieur au virage quatre, Verstappen défend et conduit son adversaire - et lui-même - hors des limites de la piste pendant un court instant. 

Le Néerlandais n’est pas pénalisé. Hamilton revient à la charge et finit par doubler à la régulière à la 59e boucle. Après cette démonstration, Hamilton récidive au Qatar, entretenant l’espoir d’un huitième titre record. 

6. Jeddah – 5 décembre 

Le chaos

En qualifications en Arabie saoudite, sur un circuit tout neuf et très étroit, Verstappen percute un muret au dernier virage alors que la position de tête est à sa portée. 

Son tour parfait est gâché: il partira troisième sur la grille de départ derrière les deux Mercedes de Hamilton et de Bottas. 

Le Britannique, en position de tête, s’envole vers une course sans histoire quand l’accident de Mick Schumacher interrompt la course. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.