/investigations/techno
Navigation

Brèche de sécurité: banques et sociétés d'État sur le qui-vive

Coup d'oeil sur cet article

Des sociétés d’État et des banques sont sur le qui-vive après la découverte de l’une des pires brèches de sécurité de l’histoire, qui les a forcées à analyser d’urgence leurs systèmes informatiques en pleine tempête.

• À lire aussi: Brèche informatique mondiale et historique

À la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), on dit ne pas avoir été exposé à la vulnérabilité de la librairie via internet, mais être aux aguets.

« Les activités de la CDPQ se poursuivent normalement, mais nous continuerons de suivre la situation de près, notamment en ce qui concerne certains fournisseurs qui pourraient y être exposés », a expliqué son porte-parole Maxime Chagnon.

Chez Investissement Québec, on indique aussi pour l’instant ne pas avoir trouvé de vulnérabilité. 

« Par conséquent, aucun de nos sites ou applications n’a été fermé », a indiqué sa vice-présidente, médias Gladys Caron.

La SAQ et Loto-Québec sont ok

Alors que « la situation est sous contrôle » à la Société des alcools du Québec (SAQ), Hydro-Québec confirme avoir fermé de manière préventive son site web et l’espace client, qui est de retour.

Même chose pour le site lotoquebec.com en service, parce que jugé sécuritaire, après avoir « appliqué tous les correctifs identifiés par les experts ». 

Hier, Equifax a souligné qu’elle « enquête activement sur ce problème », mais n’a trouvé « aucune preuve » que son réseau aurait été compromis.

Banques en alerte

À la Banque de développement du Canada, les activités ont été suspendues, mais les services en ligne ont repris hier soir.

Chez la Banque Nationale, on assure que les systèmes fonctionnent « normalement ». Même chose chez Desjardins où « il n’y a eu aucun impact sur les services informatiques » des membres et clients, assure-t-on.

Il n’a pas été possible de connaître l’état de la situation à la Banque de Montréal, puisque l’institution financière a refusé de répondre à nos questions pour « des raisons de confidentialité » contrairement aux autres.

– Avec Philippe Langlois, Bureau d’enquête et Rémi Nadeau

À VOIR AUSSI