/opinion/columnists
Navigation

Dix remarques sur la loi 21

GEN - OUVERTURE PROCÈS CIVIL CONTE LOI 21
Photo Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez évidemment entendu parler de cette enseignante de l’Outaouais qui tient mordicus à enseigner avec son hidjab.

Quelques rappels de base: 

1. La loi 21 interdit tous les signes religieux visibles pour certaines catégories d’employés. Elle ne vise pas spécifiquement ceux liés à l’islam. Si la controverse tourne invariablement autour du hidjab, c’est parce qu’une version plus affirmée de l’islam tient beaucoup à imposer ses repères symboliques dans l’espace public.

2. Si on interdit à des employés d’arborer des signes politiques au nom de la neutralité et pour prévenir l’apparence de conflits d’intérêts, pourquoi cela ne vaudrait-il pas pour les opinions religieuses sur les lieux de travail ?

3. On peut parfaitement exercer le métier de professeur ou de policier sans signes religieux. Si une personne s’interdit cette carrière au nom du fondamentalisme religieux, c’est elle-même qui s’exclut. Ce n’est pas la loi. Qu’on arrête de nous les casser avec le « on-brise-mon-rêve ».

4. Une enseignante ne serait pas une personne en autorité et avec une influence considérable sur les esprits ? Pour soutenir cela, il faut ne pas avoir mis les pieds dans une classe depuis longtemps ou avoir une conception angélique du métier.

5. Si des parents ont choisi d’envoyer leurs enfants dans une école laïque précisément parce qu’ils considèrent que la religion ne doit pas y pénétrer, qu’en est-il de leurs droits ?

  • Écoutez Joseph Facal au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

6. Si un discours religieux fondamentaliste met une pression particulière sur les femmes et non les hommes sur le plan vestimentaire, c’est ce discours qui est discriminatoire envers les femmes, pas la société ou le législateur.

7. Je trouve scandaleux, pathétique, lâche, minable et dégoulinant de mauvaise foi le silence assourdissant de tant de médias sur les témoignages de toutes ces femmes de culture musulmane, venues d’ailleurs, qui ne portent pas de signes religieux, soutiennent la loi 21, et nous mettent en garde, disant voir monter ici ce qui les a fait quitter leurs pays d’origine. N’écoutons surtout pas... celles qui savent de quoi elles parlent ?!

8. Loin d’être sortie de nulle part, la très modeste loi 21 (modeste quand on la compare à d’autres lois ailleurs) s’inscrit dans le prolongement de toute l’avancée de la laïcité au Québec depuis 60 ans. On aurait restreint la place de la religion d’ici pour laisser s’élargir la place des religions venues d’ailleurs ?!

9. Regardez ces pancartes qui disent : loi 21 = racisme systémique. Une religion n’a rien à voir avec une race. Il y a des catholiques et des musulmans de toutes les couleurs de peau. Une telle confusion intellectuelle ne peut naître que dans un cerveau ignorant et déjà touché par la tumeur woke.

10. Quand un employeur confie une classe à une enseignante voilée deux ans après l’adoption de la loi et tout le battage médiatique auquel nous avons assisté, je refuse de croire à l’erreur de jugement. C’est un coup monté de toutes pièces, une provocation pure et simple.