/sports/hockey
Navigation

COVID-19: Une situation qui ne cesse d’empirer pour la LNH

Coup d'oeil sur cet article

La COVID-19 recommence à faire des siennes dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Devant cette situation qui ne cesse d’empirer, le circuit Bettman a annoncé mercredi l’application de protocoles plus stricts au moins jusqu’au 7 janvier.

• À lire aussi - Une flèche vers Ducharme: Jeff Petry a parlé d’une équipe sans structure

Selon le réseau Sportsnet, la présence du variant Omicron a été confirmée par la ligue à la suite d’une réunion avec l’Association des joueurs. La LNH encourage ainsi les joueurs à aller chercher une dose de rappel du vaccin contre le coronavirus.

Parmi les quelques mesures supplémentaires, les athlètes devront respecter davantage le port du masque et la distanciation dans les infrastructures de leur équipe. Les restrictions seront aussi plus grandes lors des repas à l’intérieur sur la route.

Le dépistage quotidien, sauf pendant les journées de congé, devra être pratiqué à nouveau par les organisations. Celui-ci n’était plus obligatoire, mais tout de même conservé par certaines franchises.

De plus, le premier ministre de Doug Ford a annoncé dans un point de presse que tous les amphithéâtres, stades et salles de spectacle de l’Ontario seront limités à 50 % de leur capacité dès samedi, ce qui affectera les capacités d’accueil des Sénateurs d’Ottawa et des Maple Leafs de Toronto dans la Ligue nationale de hockey (LNH).

Rappelons que les restrictions quant au nombre de partisans dans les arénas de la Ligue nationale avaient été complètement écartées avant le début de la saison 2021-2022.

Les Flames souffrent

Le circuit Bettman était déjà aux prises avec énormément de cas positifs, auxquels s’est ajouté celui du capitaine des Bruins de Boston, Patrice Bergeron. De plus, pas moins de 17 membres supplémentaires des Flames de Calgary ont vu leur nom inscrit sur la liste de gens non disponibles en raison du fléau, mercredi.

En cette autre journée noire en termes de cas positifs, l’organisation albertaine a indiqué que Rasmus Andersson, Byron Froese, Johnny Gaudreau, Erik Gudbranson, Trevor Lewis, Jacob Markstrom et Tyler Pitlick se retrouvent à l’écart. L’entraîneur-chef Darryl Sutter, tout comme ses adjoints Kirk Muller et Ryan Huska et sept membres du personnel de soutien, sont dans la même situation. Les Flames avaient précédemment envoyé sur le carreau une dizaine de personnes, incluant neuf patineurs. Mardi, Milan Lucic, Sean Monahan et Noah Hanifin avaient amorcé le protocole de la LNH.

Calgary devait affronter les Blackhawks de Chicago, les Predators de Nashville, les Maple Leafs de Toronto et les Blue Jackets de Columbus cette semaine, mais ces quatre duels ont été reportés. Par précaution, les infrastructures des Flames seront également inaccessibles aux joueurs jusqu'à nouvel ordre.

Du côté de Boston, Bergeron avait été l’unique marqueur des siens dans une défaite de 4 à 1 aux mains des Golden Knights de Vegas, mardi soir. Il risque de manquer plusieurs affrontements des Bruins, à commencer par celui prévu contre les Islanders de New York, jeudi. Également, son équipe doit visiter le Canadien de Montréal au Centre Bell, samedi.

Les noms des attaquants Brad Marchand et Craig Smith étaient déjà inscrits sur la liste des joueurs devant se plier au protocole de la COVID-19 chez les Bruins.

Éclosion chez les Predators

Un peu plus tard en journée, les Predators ont annoncé que six joueurs et autant de membres de leur personnel étaient dorénavant assujettis aux protocoles de la ligue concernant le coronavirus.

Il s’agit des attaquants Mikael Granlund, Ryan Johansen, Matt Luff, Michael McCarron et Philip Tomasino, ainsi que du défenseur Ben Harpur.

Parmi les autres hommes touchés, il y a l’entraîneur-chef John Hynes, ses deux adjoints Dan Lambert et Todd Richards, en plus du responsable des gardiens Ben Vanderklok.

Les «Preds» doivent affronter l’Avalanche du Colorado jeudi.

En Floride, les joueurs des Panthers Sam Bennett, Radko Gudas, Ryan Lomberg, Brandon Montour, Carter Verhaeghe et un autre membre de l’équipe ont aussi été mis à l’écart en raison de la COVID-19. Ils ne seront pas présents pour le match de jeudi face aux Kings de Los Angeles.

Le virus semble également incrusté chez les Red Wings de Detroit, puisque ceux-ci ont inscrit les noms des attaquants Robby Fabbri et Michael Rasmussen sur la liste des joueurs non disponibles en raison de la COVID-19.

Outre les Flames, d’autres organisations éprouvent de gros ennuis avec la COVID-19. Mathew Barzal (Islanders de New York), Luke Schenn et Juho Lammikko (Canucks de Vancouver), Devon Toews (Avalanche du Colorado) et Ryan McLeod (Oilers d’Edmonton) sont au nombre des athlètes sur la touche. De plus, les Hurricanes de la Caroline n’ont pu affronter le Wild du Minnesota, quelques-uns de leurs éléments, dont Andrei Svechnikov et Sebastian Aho, étant contraints à l’inactivité pour des motifs identiques.

À VOIR AUSSI