/finance/business
Navigation

Le PDG d’Air Canada appelé à comparaître au comité des Langues officielles

CCMM
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Le PDG d’Air Canada, Michael Rousseau, a été appelé à témoigner devant le comité des Langues officielles du Parlement, à Ottawa, «afin de répondre aux questions des parlementaires sur la place et l’importance des langues officielles» au sein du transporteur national.

• À lire aussi: Des cours de français pour plusieurs PDG unilingues

Les membres du comité ont voté à l’unanimité en faveur d’une motion en ce sens du conservateur de Portneuf—Jacques-Cartier, Joël Godin. Il s’agissait du premier vote de la première séance de la nouvelle législature.

Le comité invite donc Michael Rousseau «pour une réunion de deux heures», un peu plus d’un mois après l’important tollé provoqué par son discours unilingue à la Chambre de commerce de Montréal.

Lorsque questionné sur son inhabilité a parler le français, M. Rousseau avait déclaré que son horaire chargé ne le permettait pas d’apprendre la langue officielle du Québec, malgré le fait qu’il habite les environs de Montréal depuis 2007. Son observation avait jeté de l’huile sur le feu. Si M. Rousseau décide de se présenter, cela aura lieu au plus tôt en janvier puisqu’il s’agissait de la première et dernière séance du comité avant les vacances de Noël.

La représentante du NPD au comité, Niki Ashton, a proposé un amendement demandant en parallèle les témoignages de la ministre des Langues officielles, Ginette Petitpas Taylor, le ministre des Transports, Omar Alghabra, ainsi que l’actuel et l’ancien commissaires aux Langues officielles, soit Raymond Théberge et Graham Fraser, respectivement.

L’amendement n’a pas été adopté comme tel mais fera l’objet de discussions dès le retour des travaux.

Mis à part la question linguiste chez Air Canada et dans le secteur du transport aérien, les membres du comité ont l’intention de se pencher sur le recul du français au pays, l’immigration francophone, et la sécurité linguistique.

Il est attendu que le gouvernement Trudeau dépose en début d’année sa réforme de la Loi sur les langues officielles.