/finance
Navigation

Le prix des maisons à Montréal en hausse de près de 10 %, selon Royal Lepage

Bloc maison
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le prix d’une propriété dans le Grand Montréal devrait augmenter de 9 % d’une année à l’autre pour atteindre 564 800 $ en 2022. 

• À lire aussi: Marché immobilier: vers la formation d’une bulle immobilière dans le Grand Montréal

• À lire aussi: Ce qu’il faut savoir sur les frais de condo

C’est ce qu’a révélé une analyse du courtier Royal LePage rendue publique mercredi. Le prix médian d’une maison unifamiliale détachée et d’une copropriété devant augmenter de 9 % et de 6,5 % pour atteindre 648 600 $ et 447 300 $, respectivement.

L’augmentation serait inférieure à la moyenne canadienne, alors qu’une hausse de 10,5 % est attendue à travers le pays. Les régions du Grand Toronto et du Grand Vancouver devraient enregistrer les plus fortes appréciations du prix de l’agrégat, augmentant de 11,0 % et de 10,5 %, respectivement. Toutefois, la hausse en 2022 serait moins rapide qu’en 2021.

Pour Royal LePage, la demande refoulée d’acheteurs qui n’ont pas pu conclure de transactions en 2021, jumelée à la demande de logements provenant de la formation de nouveaux ménages et des nouveaux arrivants au Canada, continuera de faire grimper les prix sur un marché aux prises avec une pénurie chronique d’inventaire.

«La pénurie de logements au Canada est un enjeu bien réel qui ne se réglera pas du jour au lendemain. Quoique certains soient d’avis que le marché est actuellement surévalué, de nombreux signaux pointent vers un niveau de demande qui continuera de dépasser l’inventaire, contribuant à maintenir la trajectoire haussière des prix», a déclaré par communiqué Phil Soper, président et chef de la direction de Royal LePage.

La pandémie, ce joker important

Bien que les confinements découlant de la pandémie et le télétravail obligatoire aient fait augmenter la demande pour des maisons plus grandes de la part de gens qui recherchaient auparavant des copropriétés, la hausse des prix des maisons unifamiliales redirigera la demande. De plus, une hausse des taux d’intérêt est à prévoir, malgré les variants.

«Bien qu’il semble évident que Omicron repousse l’inévitable, la politique monétaire se resserrera éventuellement en réponse à l’inflation inconfortablement élevée», a dit M. Soper.

«Lorsque les décideurs politiques avertissent qu’une hausse de taux est à venir, nous nous attendons à un effet d’entraînement, poussant les acheteurs à entrer sur le marché avant que les coûts d’emprunt n’augmentent de manière importante. Ceux qui auront obtenu une préqualification avec des taux hypothécaires plus faibles seront eux aussi pressés de conclure leur transaction.»

À voir aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.