/finance/business
Navigation

Un promoteur du baseball se distancie de Coderre

SPO-BASEBALL-BLUE-JAYS-REDS
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’homme d’affaires Eric Boyko, patron de Stingray et promoteur du retour du baseball à Montréal se distancie de l’ancien maire de Montréal, Denis Coderre qui avait travaillé pour lui lors des dernières années.  

• À lire aussi: Retour du baseball à Montréal: le clan Bronfman avance vers son but

• À lire aussi: Retour du baseball à Montréal: aucun fond public pour le projet, martèle Valérie Plante

« À cause de la situation du baseball, on a décidé qu’il ne travaillerait pas pour Stingray. Tant que le projet ne sera pas réglé, que ça prenne trois mois, six mois, un an, deux ans. On ne peut avoir une relation en raison du côté perception », a souligné M. Boyko. 

De son propre aveu, les promoteurs « ne veulent pas déranger l’administration présente » qui doit impérativement donner son aval pour le projet aille de l’avant. 

M. Boyko fait partie du Groupe Baseball Montréal mené par l’homme d’affaires Stephen Bronfman et l’ancien président du Canadien, Pierre Boivin.   

  • Écoutez le journaliste Olivier Bourque au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB radio:    

Campagne séduction auprès de Plante

Le groupe est en campagne séduction auprès de la mairesse Valérie Plante. Cette dernière avait livré bataille contre M. Coderre lors de la dernière campagne municipale. Elle l’avait finalement emporté avec 52 % des suffrages. 

Lorsqu’il était maire, M. Coderre avait souvent fait la promotion du retour du baseball, se présentant aux cotés de M. Bronfman notamment lors d’activités impliquant les Expos. 

« Il est un excellent entremetteur d’affaires international. Et même s’il travaillait pour nous à l’extérieur du pays, ça mélangerait les cartes », a estimé M. Boyko. 

Il affirme avoir eu des discussions avec M. Coderre depuis sa défaite contre Valérie Plante, mais il n’a jamais été question de son retour dans l’entreprise. 

« Je parle des fois à Monsieur Coderre, mais on a zéro relation professionnelle », affirme M. Boyko qui l’aurait sûrement embauché à nouveau s’il n’était pas impliqué dans le dossier du baseball. 

« La seule raison, c’est à cause de moi, à cause de ma relation avec le baseball », a souligné M. Boyko. 

M. Coderre avait travaillé pour Stingray entre 2018 et 2021. 

À VOIR AUSSI...