/news/society
Navigation

L’ombudsman de l’Archidiocèse de Montréal a reçu 46 plaintes liées à des abus

bloc justice liberté
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

L’ombudsman de l’Archidiocèse de Montréal a indiqué, mercredi, avoir reçu 46 plaintes liées à des abus, dont 30 concernant des abus sexuels, qui auraient été commis entre 1950 et aujourd’hui. 

• À lire aussi: Des excuses officielles pour les victimes d’inconduites sexuelles dans l’armée

• À lire aussi: Agressions sexuelles dans l’armée: des excuses officielles du gouvernement

Ces chiffres ont été publiés dans le deuxième rapport de l’ombudsman Me Marie Christine Kirouack, embauchée par l’archevêché pour accueillir les plaintes contre les membres du clergé.

Ces nouvelles données dévoilées mercredi couvrent la période comprise entre le 5 mai et le 30 novembre 2021.

Au total, le rapport fait état de 75 plaintes formelles, dont 30 qui concernent des abus sexuels et 16 qui sont liées à des abus psychologiques, financiers, physiques ou spirituels. Les évènements se seraient déroulés entre 1950 et aujourd’hui.

Dix plaintes pour abus (sexuels ou autres) ont été renvoyées à des enquêteurs externes, et neuf plaintes ont été transmises aux communautés religieuses concernées, peut-on lire dans le rapport.

«Écouter leur souffrance [des victimes] est une part importante du travail de l’Ombudsman. Ces personnes ont besoin d’être réconfortées et confortées dans les sentiments qui sont les leurs. J’espère que le présent rapport encouragera d’autres victimes à porter plainte», a déclaré Me Marie Christine Kirouack.

L’Archevêque de Montréal, Mgr Lépine, a réagi par voie de communiqué, mercredi, indiquant qu’il accueillait «avec beaucoup d’ouverture» ce deuxième rapport de l’Ombudsman.

«Des personnes ont vécu longtemps dans le silence des événements qui ont bouleversé leur vie et nous espérons que cette écoute dont ils font l’objet aujourd’hui contribue à la libération de la parole. Je souhaite réitérer tout le regret que je ressens pour les souffrances des victimes», peut-on lire dans sa missive.

Rappelons que Mgr Lépine a créé le poste d'Ombudsman en mai dernier pour assurer aux victimes d'abus «que leur voix sera non seulement entendue, mais également prise en compte».