/world/america
Navigation

Accident de la route à Cuba: un Québécois hospitalisé n’est toujours pas rapatrié

Coup d'oeil sur cet article

Le voyage de rêve d’un couple de Lac-Mégantic s’est transformé en véritable cauchemar après un accident de la route à Cuba, l’homme victime de plusieurs blessures et hospitalisé n’ayant toujours pas été rapatrié au Québec depuis l’événement.

Yadmila Naranjo Almaguer et son mari depuis neuf ans, Yanick Bureau, se sont envolés au début du mois de décembre pour Cuba, afin d’aller visiter la famille de Yadmila.

Alors qu’ils se rendaient en voiture à Ciego de Àvila, une petite ville située à 380 kilomètres de Holguin, un camion les a percutés de plein fouet, avant qu’un taxi n’emboutisse leur voiture.

Yadmila s’en est sortie avec le bassin et plusieurs côtes fracturés. De son côté, Yanick a subi d’importantes blessures, entre autres au cerveau, et il est dans le coma depuis.

Quelques jours après l’accident, la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) a décidé de rapatrier la femme de 47 ans au Québec par un avion-ambulance. Elle est depuis hospitalisée au CHUS Fleurimont pour y faire soigner ses blessures.

Mais Yanick n’a pas eu la même chance de son côté. Son état étant trop instable, la SAAQ a décidé de ne pas le rapatrier tout de suite.

Il est hospitalisé dans un petit hôpital de Moron, qui ne dispose d’aucun scanneur pour établir les dommages causés à son cerveau.

«Oui, son état est vraiment sérieux», a expliqué sa femme depuis son lit du 6e étage du CHUS Fleurimont. «Il a des blessures aux poumons et au niveau de la tête et le pire c’est qu’il a pris une bactérie à l’hôpital et ça va de pire en pire.»

À l’hôpital, Yanick a contracté le staphylocoque, une bactérie potentiellement mortelle.

Elle demande de l’aide depuis deux semaines

Pour éviter que l'état de son mari ne se dégrade, Yadmila se bat depuis deux semaines pour qu’il soit rapatrié par la SAAQ.

«J’ai eu de bonnes nouvelles ce matin», a raconté Yadmila en pleurant de joie. «Les assurances m’ont rappelée pour me dire qu’ils font tout leur possible pour qu’il soit rapatrié aujourd’hui ou demain.»

Une information qu’a confirmée à TVA Nouvelles le porte-parole de la SAAQ, Mario Vaillancourt.

«L’état de la personne n’était pas stable. Mais maintenant il a été jugé qu’on peut rapatrier la personne au Québec. Ce qu’il faut comprendre c’est que ce n’est pas la société qui décide du moment du rapatriement, mais ça fait partie de la couverture du régime lorsque vous avez un accident à l’étranger. Il y a une équipe médicale qui est dédiée à analyser et à prendre les bonnes décisions.»

Les Québécois sont couverts partout en cas d’accident de la route

La SAAQ a aussi affirmé qu’en cas d’accident de la route à l’extérieur du Québec, c’est elle qui indemnise les Québécois de leurs blessures corporelles.

«Ça veut dire évidemment toutes les indemnisations, les montants qui viennent avec les séquelles, si vous avez un accident d’auto, que vous êtes cyclistes», a souligné Mario Vaillancourt. «Ça va aussi jusqu’au rapatriement de personnes blessées lorsque l’accident survient à l’étranger.»

Yanick devrait ainsi revenir auprès de ses proches pour Noël.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.