/news/coronavirus
Navigation

Courts séjours aux États-Unis: le test PCR préarrivée remis en vigueur

Coup d'oeil sur cet article

Ottawa remet en vigueur le test PCR préarrivée pour tous les voyageurs, y compris ceux qui se rendent aux États-Unis pour de courts séjours de moins de 72 heures.

• À lire aussi: COVID-19: 3768 nouveaux cas et 7 décès au Québec

• À lire aussi: Omicron force Legault à reculer: 10 personnes maximum au réveillon de Noël

Cette mesure qui avait été abandonnée fin novembre sera réinstaurée dès le 21 décembre, en raison de la progression rapide d’Omicron.

La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de l'Agence de la santé publique, admet qu'après un si court séjour, il est fort possible qu’un test préarrivée ne permette pas d’attraper toutes les personnes porteuses du virus.

Capture d'écran, TVA Nouvelles

Néanmoins, elle indique que le temps d’incubation pour Omicron semble être moindre que pour ses cousins, d’après les données préliminaires.

Le variant est d’ores et déjà présent dans 11 des 13 provinces et territoires du pays, indique la Santé publique fédérale, qui répertorie près de 350 cas pour le moment. La plupart des personnes touchées ont des symptômes légers ou sont asymptomatiques. 

Mais, même si ce virus est moins sévère, il est si transmissible qu’il peut causer plus de cas et surcharger le système de santé, a insisté la Dre Tam, appelant une nouvelle fois les Canadiens à «ajuster leurs plans des Fêtes».     

  • Écoutez la rencontre entre Philippe-Vincent Foisy, Antoine Robitaille et Benoit Dutrizac sur QUB radio:   

Il faudrait réduire le nombre de contacts d'au moins trois pour contrôler le niveau de transmission, indique le ministre de la Santé Jean-Yves Duclos. «Gardez seulement le contact avec les membres de votre foyer», a souligné le Dr Howard Njoo, sous-administrateur en chef de l’Agence de la santé publique.

La variant est maintenant présent dans plus de 70 pays. De fait, Ottawa lève les restrictions qui s’appliquaient uniquement aux dix pays africains initialement placés sur la liste noire. Les voyageurs qui viennent de ces pays seront désormais traités comme tous les autres.

Le gouvernement fédéral estime toujours pouvoir tester tous les voyageurs à l’arrivée dans tous les aéroports du pays, ce qui n’est toujours pas le cas, plus de trois semaines après l’annonce. 

À voir aussi