/world
Navigation

COVID-19: restrictions qui se multiplient, procédure d’alerte à Londres

COVID-19: restrictions qui se multiplient, procédure d’alerte à Londres
AFP

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | À une semaine de Noël, les restrictions se multiplient de nouveau à travers le monde en raison de la propagation du variant Omicron, qui a poussé le maire de Londres à déclencher une procédure d’alerte, Paris annulant pour sa part le feu d’artifice et les concerts du Nouvel An sur les Champs-Élysées.

• À lire aussi - Omicron: de trois à quatre fois plus contagieux que le Delta

• À lire aussi - Le chef des urgences de l’OMS veut croire à un avenir meilleur

Un mois, seulement, après son identification en Afrique du Sud, Omicron a déjà été recensé dans près de 80 pays et progresse de manière fulgurante en Europe, où il pourrait devenir dominant d’ici la mi-janvier, selon la Commission européenne.

Omicron est déjà dominant dans la capitale britannique; le maire Sadiq Khan s’est dit samedi «immensément préoccupé» et a déclenché une procédure d’alerte impliquant une réponse coordonnée des services publics.

Cette procédure avait déjà été déclenchée le 8 janvier 2021, au plus fort de la pandémie, alors que les hôpitaux londoniens étaient menacés d’être submergés.

L’agence de sécurité sanitaire britannique a indiqué samedi que plus de 10 000 nouveaux cas confirmés du variant Omicron ont été détectés, portant le total à près de 25 000. 

Selon plusieurs médias britanniques, le gouvernement envisage d’interdire les rassemblements en intérieur après Noël pendant deux semaines pour tenter de briser la vague de contaminations.

COVID-19: restrictions qui se multiplient, procédure d’alerte à Londres
AFP

Fermeture des pubs en Irlande

À Paris, la mairie a annoncé samedi l’annulation du feu d’artifice et des concerts prévus sur la célèbre avenue des Champs-Élysées pour la Saint-Sylvestre. Le premier ministre Jean Castex avait demandé vendredi aux mairies de renoncer aux concerts et feux d’artifice le soir du 31 décembre, pendant lequel la consommation d’alcool sur la voie publique sera interdite.

En Irlande, les bars, pubs et restaurants devront fermer dès 20 h à partir de dimanche, et ce, jusqu’à la fin janvier. 

Le Danemark, qui a enregistré vendredi un nouveau record absolu de 11 000 cas, dont 2500 d’Omicron, va fermer dès dimanche et pour un mois ses théâtres, cinémas et salles de concert, mais aussi ses parcs d’attractions et ses musées.

Et aux Pays-Bas, de strictes mesures anti-COVID-19 devraient être annoncées samedi soir, l’équipe d’experts qui conseille le gouvernement ayant préconisé un retour au confinement afin de freiner la propagation du variant Omicron.

Sur le continent américain, le Québec va réinstaurer des jauges dans les bars, les restaurants et les magasins.

En Asie, la Corée du Sud a rétabli samedi des heures de fermeture obligatoire pour les cafés, les restaurants, les cinémas et autres lieux publics, et les rassemblements privés doivent y être désormais limités à quatre personnes.

Restrictions de voyage

De premières restrictions de voyage ont également commencé à tomber cette fin de semaine. 

La France a rétabli l’obligation de «motifs impérieux» pour les voyageurs en provenance et à destination du Royaume-Uni.

Au sein de l’Union européenne, certains pays comme l’Irlande, le Portugal, l’Italie et la Grèce imposent désormais aux voyageurs européens, même vaccinés, de présenter un test négatif.

L’Allemagne, qui a classé vendredi la France et le Danemark comme zones d’infection à «haut risque», va imposer aux voyageurs non vaccinés en provenance de ces pays une période de quarantaine. 

Les régions allemandes ont en outre appelé samedi le gouvernement central à durcir les règles d’entrée sur le territoire pour freiner la propagation d’Omicron et à suspendre le trafic en provenance du Royaume-Uni.

Partout, les mesures s’accompagnent de pressions renforcées à l’encontre des non-vaccinés, pouvant aller jusqu’à l’obligation vaccinale.

Vaccination des enfants

Ainsi, à Los Angeles, à compter de samedi, tous les employés de la ville, policiers et pompiers inclus, qui n’auront pas obtenu une exemption pour une raison médicale ou religieuse, devront être vaccinés, sous peine d’être placés en congé administratif. Selon les services de la mairie, un peu plus de 43 800 employés municipaux, soit environ 79% du total, étaient vaccinés.

Cette obligation vaccinale a été vivement contestée par certains policiers ou pompiers qui ont tenté, en vain jusqu’à présent, de faire suspendre la mesure par les tribunaux.

En Suisse, à partir de lundi, seules les personnes vaccinées ou guéries auront accès aux événements en intérieur ainsi qu'à l’intérieur des restaurants, des établissements culturels et des installations de sport et de loisirs.

Une obligation qui devrait également entrer en vigueur en début d’année en France, où le passeport sanitaire deviendra un «passeport vaccinal», a annoncé vendredi soir le premier ministre Jean Castex. 

Parallèlement, la vaccination s’étend un peu partout aux enfants, le Brésil ayant rejoint d’autres pays qui la pratiquent comme le Canada, les États-Unis, Israël, le Chili, le Portugal, l’Italie et la Grèce.

Le Portugal, l'un des pays au taux de couverture vaccinale les plus élevés du monde, a lancé samedi sa campagne de vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans. La France devrait lui emboîter le pas mercredi «si tout va bien», a affirmé samedi son ministre de la Santé, Olivier Véran.

À VOIR AUSSI...  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.