/sports/fighting
Navigation

Beterbiev voit rouge

Il terrasse Browne au 9e round et conserve ses titres IBF et WBC des mi-lourds

Coup d'oeil sur cet article

Artur Beterbiev a démontré une nouvelle facette de ses habiletés de boxeur, hier soir au Centre Bell, alors qu’il a ajouté un autre knockout à sa fiche. 

• À lire aussi: Marie-Ève Dicaire championne à nouveau

• À lire aussi: GYM a gagné son pari

Victime d’une sévère coupure au front à compter du 4e round, le Montréalais d’origine tchétchène (17-0, 17 K.-O.) a été méthodique pour l’emporter par knockout contre Marcus Browne (24-2, 16 K.-O.) au neuvième round. 

Beterbiev a ainsi conservé ses titres WBC et IBF des mi-lourds malgré un visage ensanglanté. Digne du regretté Arturo Gatti. 

« Bonjour tout le monde ! Merci d’être ici», a lancé le champion du monde en français à la foule qui a beaucoup apprécié cette délicatesse. 

Il a poursuivi en anglais. 

« Je viens de vivre une autre expérience dans ma carrière, a ajouté Beterbiev. Je suis content de ma performance malgré la coupure. Ça fait partie de la boxe.»

Un coup de tête 

Étant donné qu’on assistait à un duel entre un droitier et un gaucher, certaines situations peuvent survenir. Les coups de tête en font partie. 

Browne en a donné un à Beterbiev qui a causé des dommages aux deux pugilistes. L’Américain s’en est mieux sorti avec une légère coupure à l’oeil droit. 

Beterbiev, lui, a encaissé le plus gros de l’impact. Il a subi une grosse coupure au front. Le sang s’est mis à couler à gros débit. À compter de ce moment, on croyait que le duel pourrait tourner de côté. 

Toutefois, c’était mal connaître le protégé de Marc Ramsay qui a fait montre d’une grande résilience. Il n’a jamais paniqué malgré le sang qui coulait dans ses yeux. 

Grâce à l’excellent travail du cutman Luc-Vincent Ouellet, il a pu poursuivre le combat dans des conditions acceptables. Entre chaque round, Ouellet était un joueur important dans le coin à travers les conseils de l’entraîneur Marc Ramsay. 

Coeur de lion

Beterbiev retournait à la guerre avec un coeur de lion. C’est aussi à ce moment qu’il a ouvert la machine. Il a amorcé son travail de démolition qu’il a terminé au neuvième assaut avec une superbe combinaison au corps. 

Quant à Browne, il peut sortir la tête haute. L’Américain, bien conseillé par son entraîneur Derrick James, a chèrement défendu sa peau. 

Cela a couronné une belle soirée de boxe. La première depuis trop longtemps.