/investigations/taxes
Navigation

Blue Bridge va donner des noms

Des milliardaires français sont soupçonnés par la France de cacher leur argent au Québec

Coup d'oeil sur cet article

La controversée firme Blue Bridge se résigne à transmettre à Revenu Canada une liste de riches clients qui auraient utilisé ses fiducies pour éviter de payer de l’impôt en France.

• À lire aussi: Riches Français bientôt démasqués

La firme de gestion de fortune montréalaise a publié un communiqué hier pour réagir à la décision, jeudi, de la Cour suprême de ne pas entendre une demande d’appel qu’elle avait logée contre Revenu Canada.

« Société de fiducie de Blue Bridge a pris acte du refus de la Cour suprême d’entendre son appel et remettra donc aux autorités fiscales canadiennes le complément d’information demandé par la France visant 14 fiducies, pour certaines années », dit le communiqué.

Revenu Canada agit pour le compte de la France dans ce dossier.

Rappelons que Blue Bridge se battait depuis des années devant les tribunaux pour éviter de devoir transmettre des renseignements sur les bénéficiaires de fiducies, ou trusts, en anglais.

Le quotidien français Libération a publié cette semaine les noms de richissimes familles françaises, dont les Seydoux, les Schlumberger et les Guerrand-Hermès, derrière certains trusts montréalais. 

Tout en indiquant vouloir se conformer à la décision de la Cour suprême, l’entreprise indique toutefois que des propos tenus par le ministre de l’Économie de la France, Bruno Le Maire, démontrent sans aucun doute, selon elle, « la volonté de la France d’assujettir le patrimoine des fiducies canadiennes à l’ISF [impôt sur la fortune] ».