/news/coronavirus
Navigation

4571 nouveaux cas de COVID-19: «Il faut réduire nos contacts!»

Coup d'oeil sur cet article

Les cas de COVID-19 continuent d’augmenter de manière exponentielle et la situation ne s'améliorera pas si nous ne réduisons pas nos cas contacts, a affirmé lundi la professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal Roxane Borgès Da Silva.

• À lire aussi: Nouvelles restrictions: les bars et les écoles fermés dès ce soir

• À lire aussi: Distribution des tests rapides: c’est la folie au Québec

• À lire aussi: COVID-19: plus de 4500 nouveaux cas au Québec

La tendance à la hausse des cas se poursuit au Québec avec 4571 nouvelles infections et 21 nouvelles hospitalisations enregistrées lundi.

«L’INESSS et l’INSPQ avaient prévu, avec la présence du Omicron, cette augmentation. Ils l’avaient prévue un peu plus tard, au mois de janvier. Cette augmentation s’avère fulgurante et elle est très préoccupante pour le système de soins de santé», a expliqué Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, en entrevue sur LCN.

«On sait qu’une petite partie de ces cas va se matérialiser en hospitalisations, et c’est très inquiétant à l’heure actuelle», a-t-elle souligné.

Selon la professeure, les mesures annoncées jeudi par Québec ne sont pas suffisantes pour contenir le tsunami de nouvelles infections.

«Si on a un variant qui est trois fois plus contagieux que le variant précédent et qu’on nous demande de réduire nos contacts de moitié, ce n’est clairement pas suffisant pour donner un coup de massue à cette accélération du nombre de cas», a soutenu la spécialiste.

  • Écoutez l’entrevue de Dre Nathalie Grandvaux, professeure à l’UdeM et co-directrice du Réseau québécois COVID – Pandémie

«Il faut réduire nos contacts, voir le moins de personnes possible pour ne pas avoir d’augmentation de cas. Tous les espaces clos dans lesquels on enlève le masque où l’on se retrouve nombreux [...] sont des endroits à forts risques de contaminations, des endroits à éviter.»

Roxane Borgès Da Silva estime que la population doit à tout prix réduire le plus possible ses contacts pour éviter d’en arriver au triage dans les hôpitaux, un scénario qui avait été évoqué en janvier 2021.

La professeure croit que les mois de janvier et février seront sans aucun doute les plus difficiles sur le plan des hospitalisations, et que la capacité des hôpitaux sera dépassée le 8 janvier, comme le prévoit l’INESSS.

«Personne ne veut que ses proches soient les personnes qui se retrouvent aux soins intensifs et que ces personnes-là se retrouvent à être triées. C’est bien important de faire attention à ses proches et d’essayer de les voir le moins possible», a-t-elle conclu.

Il y a une semaine, jour pour jour, soit le lundi 13 décembre dernier, le Québec enregistrait 1628 nouvelles infections à la COVID-19 ainsi que 6 nouvelles hospitalisations nettes. Le portrait de la pandémie a donc énormément changé en seulement sept jours.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.