/investigations/justice
Navigation

Menaces contre Justin Trudeau: Raymond Têtu reste derrière les barreaux

Raymond Têtu
Photo tirée de Twitter

Coup d'oeil sur cet article

Raymond Têtu, ce complotiste de l’Outaouais chez qui un véritable arsenal et de la drogue ont été découverts, devra rester emprisonné pendant les procédures judiciaires puisque son dossier comporte «des éléments très dangereux, très inquiétants pour la sécurité publique», a tranché le tribunal mardi.

• À lire aussi: L’armée appelée en renfort pour la vaccination de masse

La juge de la Cour du Québec Anouk Desaulniers a déterminé que Raymond Têtu, 52 ans, faisait preuve d’une «criminalité qui est sérieuse, qui est diversifiée et qui est structurée».

Têtu avait été arrêté le 20 janvier dernier alors qu’une perquisition de son domicile de Val-des-Monts, en Outaouais, avait permis de découvrir des mitraillettes, d’importantes quantités de stupéfiants et 17 450$ de faux billets de banque américains.

«L’accusé pose encore un danger pour la sécurité du public [et son] maintien en détention [...] continu d’être nécessaire», a déclaré la juge en rendant sa décision au terme de l’enquête Myers de Têtu, soit la révision de son enquête caution, mardi, au palais de justice de Gatineau.

«La dangerosité présentée par l’accusé n’est pas contrebalancée par le plan de remise en liberté qu’il propose», a-t-elle ajouté.

Les avocats de Raymond Têtu avaient fait valoir le mois passé que si leur client devait être remis en liberté, il aurait en tout temps été avec des personnes garantes de son comportement, en plus de porter un bracelet de géolocalisation à un pied.

Mais la magistrate a jugé les cautions inconscientes du véritable danger que représente Têtu et mentionné le peu d’impact qu’aurait le bracelet de géolocalisation pour empêcher l’accusé de récidiver.

«Se procurer des armes à feu, mettre des propos dangereux sur internet, camoufler chez lui des armes automatiques, tenter d’acquérir des silencieux, tout ça a été commis présumément à partir de chez lui, alors le fait qu’on puisse contrôler ses allées et venues [...], ça sert à peu de choses», a dit celle qui préside le tribunal.

La juge Desaulniers a souligné à plusieurs reprises que l’amalgame des comportements délinquants de Têtu est très préoccupant. «La concomitance d’un appel aux armes [sur les réseaux sociaux] et la concomitance d’un magasinage d’armes automatiques sur internet, c’est fort inquiétant», a-t-elle affirmé.

En plus des mitraillettes, de la drogue et de la monnaie contrefaite découvertes chez Raymond Têtu, celui-ci avait menacé de mort Justin Trudeau et sa famille sur les réseaux sociaux. Il avait aussi appelé les Canadiens à la guerre civile et avait écrit qu’il fallait prendre les armes et faire le «grand ménage» au Parlement canadien.

Raymond Têtu restera donc derrière les barreaux en attendant son procès. Son prochain passage en cour est prévu au mois d’avril.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.