/news/politics
Navigation

L’armée appelée en renfort pour la vaccination de masse

Coup d'oeil sur cet article

Se préparant à annoncer un record de plus de 6000 nouveaux cas mercredi, le gouvernement de François Legault demande l’assistance des Forces armées canadiennes (FAC) et d’autres ressources comme la Croix-Rouge afin d’aider à l’effort de vaccination de masse.

• À lire aussi: Variant Omicron et Noël: «On vous revient demain avec nos décisions»

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbeault, en a fait l’annonce en fin d’après-midi mardi, soit moins d’une demi-heure après avoir contacté Ottawa. Le bureau de Justin Trudeau a confirmé que la demande a été reçue entre 16h30 et 17h.

«Au cours des derniers jours, la situation épidémiologique est devenue critique dans plusieurs régions du Québec. La transmission communautaire est très préoccupante et la présence du variant Omicron entraîne une flambée des cas de COVID-19», fait savoir Mme Guilbeault dans la lettre adressée au ministre de la Protection civile Bill Blair. «Nous sollicitons votre soutien pour mener à bien ce déploiement d’envergure», ajoute-t-elle plus loin.

Ce dernier épisode illustre combien la situation se dégrade rapidement au Québec, alors que les contaminations quotidiennes ont plus que doublé en une semaine.

En matinée encore, le bureau du premier ministre disait avoir eu des «discussions» avec le fédéral, sans toutefois avoir fait de demande formelle en ce sens, ce qu’avait confirmé une source à Ottawa aux environs de midi.

C’est la deuxième fois depuis le début de la pandémie que Québec se résigne à appeler les militaires à l’aide, la première fois étant survenue au mois d’avril 2020, alors que le virus faisait des ravages dans les CHSLD et les RPA de la province.

«Pas infini de ressources»

Si Québec a besoin de bras, des inquiétudes subsistent par rapport au nombre de membres des FAC formés pour procéder à des actes médicaux, comme la vaccination. Le gouvernement fédéral n’a pas pu confirmer combien de militaires seront déployés ni à quel moment.

«On n’a pas infini de ressources», a fait valoir la source près de Justin Trudeau. Dans la même veine, il n’y aurait pas «des centaines de personnes» aptes à vacciner chez les FAC.

Il faut souligner que des équipes d’urgence des FAC sont déjà déployées ailleurs au pays, notamment à Bonne-Espérance, sur la Côte-Nord, en réponse à une augmentation importante du nombre d’éclosions dans la communauté.

En plus des militaires, Ottawa pourrait faire appel à la Croix-Rouge, qui a déjà amplement aidé les efforts des gouvernements à travers le pays pendant les pires moments de la pandémie.

Une aide éventuelle de la Croix-Rouge, qui possède du personnel formé pour des actes médicaux, passerait par le gouvernement fédéral.

À voir aussi       

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.