/finance/opinion/columnists
Navigation

Québec peut dire merci à la SAQ

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Catherine Dagenais. PDG de la SAQ

Coup d'oeil sur cet article

Avec sa Société des alcools (SAQ), le gouvernement du Québec s’enivre royalement de taxes et de dividendes.  

Alors que « La modération a bien meilleur goût » aux yeux d’Éduc’alcool, notre gouvernement, lui, se sert des ventes d’alcool de sa société d’État pour se remplir les coffres sans la moindre... modération !  

Sur chaque dollar que la SAQ dépense pour s’approvisionner en produits, Québec récolte dans ses coffres 1,08 $ en taxes et dividendes, soit plus que le prix coûtant. 

On parle donc ici d’un « profit net » de 108 pour cent pour le gouvernement provincial sur nos achats de vins et de spiritueux !  

Pour sa part, le gouvernement fédéral, lui, se « contente » d’empocher 26,7 % de taxes sur le prix coûtant des produits vendus dans les succursales de la SAQ.  

Au total, donc, pour chaque dollar que la SAQ dépense pour l’achat des produits, Québec et Ottawa se partagent 1,35 $.  

Majoration de 135 %

On parle ici d’une majoration de 135 % sur le prix coûtant des produits que la SAQ nous vend.  

Pour « apprécier » les plantureux revenus qu’ingurgitent nos gouvernements à même les bouteilles d’alcool qu’on achète dans les succursales de la SAQ, voici les recettes qu’ils ont encaissées lors de la dernière année financière 2020-21 de la SAQ. 

Près de 2 milliards $  

Alors que le coût des produits vendus par la SAQ s’élevait à 1,79 milliard de dollars, le gouvernement du Québec a empoché 1,93 milliard $, dont:   

  • 1,22 milliard $ en dividendes   
  • 402 millions $ en taxe de vente provinciale  
  • 301,2 millions $ en taxe spécifique sur l’alcool  
  • 6,2 millions $ en taxe sur les permis de vente    

Pour sa part, le gouvernement fédéral a récolté des recettes de 477,4 millions $ à même les ventes de la SAQ, dont :   

  • 276 millions $ en droits d’accise et de douane  
  • 201,4 millions $ en taxe de vente (TPS)    

Décompte ? Sur des achats au prix coûtant de 1,79 milliard $, la SAQ a permis à Québec et Ottawa d’ingurgiter 2,4 milliards $ en taxes et dividendes. 

VACHE À PIASTRES 

Comme « vache à piastres » pour nos gouvernements, et plus particulièrement Québec, la SAQ est extrêmement productive ! 

« Ayant pour mission de faire le commerce des boissons alcooliques en offrant une vaste gamme de produits de qualité dans toutes les régions du Québec, la SAQ, dit-elle, fait son commerce dans le respect des communautés et de l’environnement en s’assurant de créer de la valeur pour les Québécois et d’offrir une expérience client inégalée. »  

Chose certaine, la SAQ crée de la « valeur » pour nos... gouvernements.  

Il reste à souhaiter que les plantureuses recettes empochées par Québec et Ottawa à même le vin et l’alcool soient dépensées à bon escient pour le bien collectif.  

Avis aux commerçants qui souhaiteraient voir le gouvernement du Québec privatiser la SAQ : cessez de rêver en couleur !  

La SAQ c’est de l’or en bouteille pour Québec. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.