/news/coronavirus
Navigation

Des heures d’attente pour se faire dépister

Coup d'oeil sur cet article

À cause de la flambée de cas et à quelques jours de Noël, de longues files d’attente s’étendaient sur plusieurs kilomètres mercredi, dans la grande région de Montréal, certains attendant depuis près de 6 heures. 

• À lire aussi: Noël est sauf, les rassemblements limités dès le 26 décembre

• À lire aussi: Les tests rapides expirés sont toujours utilisables

• À lire aussi: Chaudière-Appalaches: le CISSS demande de s’isoler après le résultat d’un test rapide positif

Au centre de dépistage de Chauveau, situé non loin du Stade olympique, la file d’attente faisait plus de 1 km mercredi en début d’après-midi. 

«Tous ceux qui ont des symptômes et qui n’ont pas accès à un test rapide à la maison, ou qui ont besoin d’une preuve pour leur employeur, vous pouvez vous présenter dans les sites de dépistage», a expliqué Caroline St-Denis, directrice des services multidisciplinaires du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal. 

«Ceux qui ont été en contact avec un patient positif peuvent se présenter. Les autres, on vous demande vraiment d’attendre de développer des symptômes. Ne vous présentez pas pour un party, une activité sociale», a demandé Mme St-Denis. 

Pris d’assaut comme beaucoup d’autres centres de dépistage, celui de la rue Chauveau ne prend plus de nouveaux clients depuis 16h30, car il a atteint la capacité maximale quotidienne, a-t-on fait savoir. 

À la clinique de dépistage de l’Hôtel-Dieu, au centre-ville de Montréal, des tests de dépistage rapides étaient donnés à certaines personnes symptomatiques qui attendaient en file. Seules les personnes qui avaient pris rendez-vous pouvaient se faire tester à l’intérieur. 

Afin de soulager les grands centres de dépistage sans rendez-vous, les autorités de la santé demandent à la population de se présenter aux cliniques locales, près de son lieu de résidence. 

Des gens habitant par exemple sur la Rive-Sud de Montréal traversent le pont pour venir se faire dépister dans la métropole. 

Preuve encore plus flagrante du fort achalandage, la clinique de dépistage à l’auto de Saint-Jérôme a dû être fermée temporairement, «considérant des enjeux de sécurité». 

Cliniques privées

Pour éviter de faire la file debout dans le froid, certains Québécois ont préféré se rendre dans des cliniques privées qui proposent ce service au volant. 

Sur la Rive-Sud, dans le stationnement du cinéma Guzzo, certains Québécois prêts à débourser entre 75$ et 350$ pour obtenir un test PCR auprès d’une clinique privée ont tout de même attendu près de 6 heures mercredi. 

«Ça fait 5h30 qu’on attend pour faire des tests, a indiqué une automobiliste interrogée par TVA Nouvelles. On n’a pas de symptômes, mais on a été en contact avec quelqu’un qui en a.»

À voir aussi