/news/coronavirus
Navigation

Déjà 5000 travailleurs en moins dans le réseau

La hausse fulgurante des cas au Québec n’épargne pas les institutions de santé

Déjà 5000 travailleurs en moins dans le réseau
Photo courtoisie, Hôpital Northwestern

Coup d'oeil sur cet article

Au Québec, déjà plus de 5000 travailleurs de la santé sont absents en raison de la COVID-19, ébranlant durement le réseau.

• À lire aussi: Le Québec enregistre un nombre record de cas avec 6361 nouvelles infections

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) confirme qu’en date du 21 décembre, le réseau dénombre 1284 travailleurs comme étant des cas confirmés de COVID-19. 

C’est plus du double de la semaine précédente, alors que le MSSS comptait 497 cas confirmés parmi les employés.

Et la hausse ne semble pas sur le point d’arrêter. Encore 1495 travailleurs sont en processus de dépistage et 1552 sont en absence préventive.

Québec recense aussi près de 100 éclosions actives dans ses milieux de soins ou de vie, dont 32 dans des hôpitaux. 

« Les chiffres vont tous dans la mauvaise direction actuellement », déplore Bryn Williams-Jones, professeur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal.

Avec plus de 6000 nouveaux cas enregistrés mercredi, l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) a émis des projections suggérant que l’occupation des lits, réguliers comme aux soins intensifs, pourrait se rapprocher du sommet de janvier 2021 d’ici trois semaines.

« L’augmentation importante du nombre de cas quotidiens observée au cours des derniers jours entraîne une certaine instabilité des projections même à court terme », écrit l’INESSS, ajoutant que la capacité des hôpitaux dépend aussi du personnel disponible.

L’hôpital de Granby est l’un des 32 centres hospitaliers aux prises avec une éclosion. Les autorités y rapportent cinq travailleurs et cinq patients infectés.
Photo d’archives
L’hôpital de Granby est l’un des 32 centres hospitaliers aux prises avec une éclosion. Les autorités y rapportent cinq travailleurs et cinq patients infectés.

Préoccupant

La Dre Joanne Liu, urgentologue pédiatrique à l’hôpital Sainte-Justine, juge la situation « extrêmement préoccupante ». Elle craint que le système de santé craque plus tôt que prévu.

« Je pense que la plus grande inquiétude, ça va être de voir comment on va être capables d’absorber cette demande-là au niveau des soins à travers notre système de santé », indique-t-elle.

Les employés du réseau qui contractent la COVID-19 « ajoutent beaucoup d’incertitude », soutient à son tour la présidente de l’Association des médecins d’urgence du Québec, la Dre Judy Morris.

Elle estime que, heureusement, une vaste majorité des nouvelles personnes infectées ne semblent pas avoir besoin d’être hospitalisées. 

Néanmoins, le manque criant de personnel, déjà bien présent dans le réseau, réduit la capacité de prendre en charge des malades.

Avancer à l’aveugle

« On avançait à l’aveugle, on ne savait pas qu’Omicron était déjà présent », déplore Roxane Borgès Da Silva de l’École de santé publique de l’Université de Montréal, soulignant que c’est seulement mardi que l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a chiffré que le nouveau variant représentait quatre cas sur cinq.

– Avec TVA Nouvelles 

Ça craque de partout

  • 1284 travailleurs de la santé sont infectés
  • 1495 attendent un résultat
  • 1552 sont en absence préventive
  • 461 refusent d’être dépistés 
  • 5185 manquent à l’appel

98 éclosions actives 

  • 32 en centres hospitaliers
  • 13 en CHSLD
  • 11 en ressources intermédiaires
  • 20 en résidences pour aînés
  • 8 en ressources de type familial
  • 5 en prison
  • 9 dans d’autres milieux

Source : Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS)

À VOIR AUSSI...  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.