/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: les voyageurs pourraient avoir de mauvaises surprises

Ottawa avise que les mesures à la frontière peuvent changer subitement

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le ministre canadien de la Santé, Jean-Yves Duclos, demande aux citoyens d’éviter les voyages.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre canadien de la Santé avise les voyageurs qu’ils pourraient avoir une mauvaise surprise s’ils choisissent de se déplacer dans les prochains jours : les mesures pourraient changer rapidement à la frontière et leur imposer, par exemple, une quarantaine au retour au pays.

• À lire aussi: Ottawa répondra présent pour Québec

« Tout est possible, affirme le ministre Jean-Yves Duclos, en entrevue au Journal. Les mesures peuvent changer très rapidement à la frontière. »

Cela pourrait impliquer l’imposition d’une quarantaine pour les vacanciers qui rentrent au Canada, cite-t-il.

Il n’exclut pas que le niveau d’alerte sur les déplacements à l’étranger soit relevé au palier 4, soit son niveau maximal, qui demande aux Canadiens d’éviter tout voyage dans le but de protéger la santé de la population.

En ce moment, le niveau se situe à 3, soit « éviter tout voyage non essentiel ». « On pourrait effectivement aller jusqu’au niveau 4. » 

« Ce qui m’inquiète le plus, ce n’est pas quand les gens vont revenir au pays et le fait que les mesures aient pu changer et qu’ils doivent faire une quarantaine. Ce qui m’inquiète le plus, c’est ce qui va se passer si des personnes décident de voyager. Une fois qu’elles ont quitté le pays, il y a très peu de choses que le gouvernement peut faire pour les aider. »

Vols interrompus

Il donne l’exemple de vols interrompus qui font en sorte que des voyageurs sont coincés à l’étranger, de mesures sévères et subites forçant l’isolement dans un autre pays, ou encore du risque d’infections à la COVID-19 qui empêcheraient les citoyens de rentrer au Canada tant qu’ils ne sont pas guéris.

M. Duclos exhorte donc les Canadiens à éviter de voyager et à réduire au maximum leurs contacts.

Il estime que « la crise » actuelle est amplifiée par la possibilité que les soignants soient infectés et tombent aussi au combat.

Les mesures sanitaires annoncées par le gouvernement du Québec sont, selon lui, un pas dans la bonne direction. 

Il salue la méthode du Québec pour l’administration de la troisième dose, et qui consiste à prioriser les plus vulnérables et les travailleurs de la santé.

D’autres provinces, comme l’Ontario, ont choisi d’ouvrir dès maintenant la vaccination de la troisième dose aux 18 ans et plus. « On a la bonne stratégie, au Québec », assure-t-il.

Médicaments Antiviraux

Il souligne qu’au cours des « prochaines semaines », un outil supplémentaire s’ajoutera à l’arsenal des soignants pour lutter contre la COVID-19, avec l’approbation imminente de médicaments antiviraux, qui permettront de réduire la gravité de la maladie. 

Ils sont actuellement à l’étude par Santé Canada. Des ententes sont déjà signées avec les compagnies pharmaceutiques pour l’approvisionnement au pays.

« Ça augure bien », entrevoit M. Duclos.

À voir aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.