/news/coronavirus
Navigation

Nouvelles mesures: gros soupir de soulagement pour les restaurateurs

Des employés ont retenu leur souffle durant la conférence de Legault

Vicky Bilodeau, gérante et Gabrielle Warren, serveuse au restaurant l'Usine du Spaghetti.
Vicky Bilodeau, gérante et Gabrielle Warren, serveuse au restaurant l'Usine du Spaghetti.

Coup d'oeil sur cet article

Des restaurateurs ont laissé éclater leur joie hier soir en apprenant qu’ils pourront toujours accueillir des clients dans leur salle à manger et éviter ainsi de mettre des employés à la porte avant Noël. 

• À lire aussi: Noël est sauf, les rassemblements limités dès le 26 décembre

• À lire aussi: Les tests rapides expirés sont toujours utilisables

• À lire aussi: Des heures d’attentes pour se faire dépister

« On est super heureux de savoir qu’on reste ouvert ! Vraiment ! Le passeport vaccinal est obligatoire et tout est bien protégé ici. C’est une nouvelle soulageante », lancent en ricanant Vicky Bilodeau et Rick Khanna, de L'Usine de Spaghetti à Montréal.

Comme eux, plusieurs restaurateurs ont retenu leur souffle hier soir en écoutant la conférence du gouvernement Legault. Ce dernier a finalement annoncé que la capacité des tables dans les restaurants sera réduite à six personnes ou aux occupants de deux adresses dès dimanche.

« On est vraiment content de la décision de Québec. Au moins, on va pouvoir respirer un peu. On a vécu une année terrible l’année dernière. Les serveurs sur le plancher sont soulagés pas mal de continuer à recevoir des pourboires », Leonardo Iacono, propriétaire du Muscadin à Montréal.

Simo Lailaz et ses collègues du Khyber Pass étaient fébriles, les yeux rivés à leur écran à 18h hier.

Simo Lailaz, qui travaille chez Khyber Pass à Montréal.
Roxane Trudel / JDM
Simo Lailaz, qui travaille chez Khyber Pass à Montréal.

« On est très contents, lance d’emblée celui qui travaille dans le service de gestion. On ne savait pas ce qui allait arriver. L’essentiel, c’est de rester ouvert. C’est très important. Quand c’est juste takeout, on ne fait pas d’argent. »

Signe de confiance

L’Association Restauration Québec (ARQ) indique pour sa part que l’annonce d’hier est la preuve que les restaurants sont un lieu sécuritaire pour les Québécois.

« On avait vraiment peur d’une fermeture. En autorisant les salles à manger, on reconnaît qu’il y a un espace de sécurité dans ces lieux. Nos clients sont tous vaccinés et le passeport vaccinal est appliqué, c’est très sécurisé », assure Martin Vézina, directeur des affaires publiques et gouvernementales à l’ARQ.

Le conseiller aux communications et affaires publiques à l'Association des restaurateurs du Québec, Martin Vézina.
Courtoisie
Le conseiller aux communications et affaires publiques à l'Association des restaurateurs du Québec, Martin Vézina.

M. Vézina se dit aussi soulagé pour les employés de la restauration qui pourront garder leurs postes, contrairement au personnel des bars qui ont dû cesser leurs activités la semaine dernière.

Pause pour d’autres

Pour Steve Barenko, gérant du restaurant Mollie à Montréal, l’annonce d’hier ne changera pas sa décision de mettre la clef dans la porte jusqu’à 2022.

« La semaine dernière, on a eu 80% des annulations sur toutes les réservations qu’on avait. Les gens sont craintifs de sortir. On va essayer de minimiser les coûts en réduisant le personnel. On ne sait pas si dans une semaine il y aura d’autres annonces non plus », soupire-t-il.

Même son de cloche du côté de la Maison Grecque sur Duluth à Montréal, qui fermera sa salle à manger si les clients ne sont pas au rendez-vous. « Ça ne change rien si les gens n’entrent pas », explique le propriétaire, Kosta Berlenis. On verra au fur et à mesure.

Le propriétaire et chef du restaurant Les Oiseaux de Passage, Julian Stayer, a accueilli le Journal dans un restaurant vide hier soir. Il gardait le sourire en dessous de son masque, même si pour lui, l’annonce ne changera rien dans l’immédiat. 

En effet, il explique avoir déjà perdu près de 30 000$ juste à cause des annulations.
« J’avais un mois de novembre et de décembre entièrement remplis avec les party de familles et de bureau. [...] Mes frigos sont pleins de foie gras et de saumon fumé, mais plutôt que de faire 60 couverts par soir, je suis à quatre en ce moment », relate-t-il, loin de se laisser démoraliser pour autant. 

D’autres heureux

Les commerces non-essentiels avaient aussi de quoi se réjouir puisque le gouvernement n’a pas annoncé hier de fermeture imminente pour le moment.

À l’approche des fêtes, la propriétaire du salon de coiffure Bizarde à Montréal, Véronique Cyr, était stressée devant l’incertitude. Plusieurs clients ont devancé ou annulé des rendez-vous, ne sachant pas si le salon serait toujours ouvert après l’annonce d’hier. 

Véronique Cyr, propriétaire du salon de coiffure Bizarde.
Roxane Trudel / JDM
Véronique Cyr, propriétaire du salon de coiffure Bizarde.

« On était sûr de devoir fermer après le 25 décembre. C’est vraiment inattendu. C’est un beau cadeau de Noël, s’est-elle exclamée en apprenant la “bonne” nouvelle. Ça a chamboulé beaucoup l'horaire de cette annonce. »

À voir aussi     

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.