/news/coronavirus
Navigation

Trop de travailleurs de la santé en isolement à cause de la COVID-19

Coup d'oeil sur cet article

Les urgences des hôpitaux du Québec semblent moins occupées en cette semaine de Noël, mais la situation est toujours problématique en raison du grand nombre de travailleurs ayant contracté la COVID-19.

• À lire aussi: Masques N-95: une «utilisation accrue» exigée par la CNESST

• À lire aussi: Dubé: «On est en guerre contre Omicron et il n’a aucun état d’âme»

«C’est très compliqué dans les urgences du Québec. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas beaucoup de personnes qui se présentent aux urgences que c’est compliqué, c’est parce qu’on a beaucoup de monde qui est infecté par la COVID-19 dans le personnel infirmier et médical», explique le Dr Simon-Pierre Landry, médecin à l’urgence de l’hôpital de Sainte-Agathe. 

Il donne comme exemple son département, où près de 20% des médecins sont en isolement. 

«On vient de commencer, et ça va augmenter. Chaque jour, il va y avoir une augmentation de médecins et d’infirmières qui vont être retirés du travail», poursuit-il. 

Il précise que la période d’isolement est actuellement de 10 jours, mais que plusieurs endroits dans le monde ont décidé de réduire cette période pour permettre aux travailleurs de la santé de retourner travailler plus rapidement.

«J’ai l’impression qu’au Québec, on va être dans la même situation puisqu’on a une pénurie de personnel, qui est pire qu’aux États-Unis. Il va y avoir des décisions qui vont être prises au cours des prochains jours», estime le médecin.

Il croit que la meilleure manière de combattre cette problématique est d’accélérer la distribution de la troisième dose du vaccin contre la COVID-19 aux travailleurs de la santé. 

À voir aussi    

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.