/entertainment/movies
Navigation

Décès du réalisateur: Jean-Marc Vallée en 8 œuvres phares

Coup d'oeil sur cet article

Du thriller Liste noire, en 1995, à la série Sharp Objects, Jean-Marc Vallée a créé une œuvre exceptionnelle qui porte la griffe d’un cinéaste unique et singulier. Retour sur son formidable parcours en huit œuvres marquantes. 

• À lire aussi: Le réalisateur Jean-Marc Vallée meurt à 58 ans

• À lire aussi: Jean-Marc Vallée (1963-2021): vague d’hommages pour le réalisateur

• À lire aussi: Jean-Marc Vallée (1963-2021): «Mon cœur est brisé» — Reese Witherspoon

Liste noire (1995)  

Jean-Marc Vallée venait d’avoir 30 ans quand il a réalisé ce premier long métrage de fiction, un bon thriller efficace dans lequel une prostituée (campée par Geneviève Brouillette) remettait à un juge une liste de magistrats ayant retenu ses services. Déjà à l’époque, Michel Côté, qui jouait le rôle principal du film, avait remarqué l’immense potentiel de ce jeune cinéaste.

C.R.A.Z.Y. (2005)  

Dix ans après la sortie de Liste noire, Jean-Marc Vallée refait surface avec C.R.A.Z.Y., le chef-d’œuvre qui a véritablement lancé sa carrière. Immense succès au Québec (6 M$ au box-office), C.R.A.Z.Y. a triomphé dans les grands festivals du monde (Venise, Toronto, etc.), en plus d’ouvrir les portes d’Hollywood à Vallée. Replacée dans le contexte d’aujourd’hui, cette première ligne du film donne froid dans le dos : « D’aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours détesté Noël ». 

Pour interpréter le personnage principal de C.R.A.Z.Y. pendant son enfance, Jean-Marc Vallée avait fait appel à son propre fils, Émile Vallée. On les voit ici ensemble sur le plateau de tournage du film, en 2004.
Photo d'archives
Pour interpréter le personnage principal de C.R.A.Z.Y. pendant son enfance, Jean-Marc Vallée avait fait appel à son propre fils, Émile Vallée. On les voit ici ensemble sur le plateau de tournage du film, en 2004.

Jean-Marc Vallée, Michel Côté, Marc-André Grondin et François Boulay à la prestigieuse Mostra de Venise.
Photo d'archives
Jean-Marc Vallée, Michel Côté, Marc-André Grondin et François Boulay à la prestigieuse Mostra de Venise.

Triomphe de C.R.A.Z.Y. au Gala des Jutra en 2006. Le film avait récolté un nombre record de 15 prix.
Photo d'archives
Triomphe de C.R.A.Z.Y. au Gala des Jutra en 2006. Le film avait récolté un nombre record de 15 prix.

Michel Côté, Jean-Marc Vallée, Marc-André Grondin et Pierre-Karl Péladeau lors d’une projection de C.R.A.Z.Y. en version restaurée au Cinéma du Musée, en septembre.
Photo courtoisie
Michel Côté, Jean-Marc Vallée, Marc-André Grondin et Pierre-Karl Péladeau lors d’une projection de C.R.A.Z.Y. en version restaurée au Cinéma du Musée, en septembre.

The Young Victoria (2009)  

C’est grâce au succès de C.R.A.Z.Y. que Jean-Marc Vallée s’est retrouvé à la barre de ce drame d’époque ambitieux scénarisé par le réputé Julian Fellowes (Downton Abbey) et retraçant les jeunes années de la reine Victoria d’Angleterre. Si le film impressionne sur le plan visuel, Vallée a admis par la suite avoir eu du mal à y imposer sa griffe. « Des gros films comme The Young Victoria, ce n’est pas ma tasse de thé », avait confié le cinéaste au Journal deux ans après la sortie du long métrage.

Café de Flore (2011)  

Après l’aventure de The Young Victoria, Jean-Marc Vallée revient au Québec pour tourner ce drame très personnel dont il a signé lui-même le scénario. Film d’amour se déroulant sur deux époques et mettant en vedette Vanessa Paradis et Kevin Parent, Café de Flore s’inscrit dans la continuité de C.R.A.Z.Y., notamment dans l’utilisation de la musique. 

Pour Café de Flore, Jean-Marc Vallée a réalisé un vieux rêve en travaillant avec Vanessa Paradis.
Photo d'archives, Ben Pelosse
Pour Café de Flore, Jean-Marc Vallée a réalisé un vieux rêve en travaillant avec Vanessa Paradis.

Dallas Buyers Club (2013)  

C’est avec ce drame bouleversant réalisé avec un petit budget (environ 5 M$) que Jean-Marc Vallée a véritablement conquis Hollywood. Tourné caméra à l’épaule et avec un éclairage naturel, le film relate l’histoire vraie d’un électricien texan homophobe atteint du sida à la fin des années 1980. Dallas Buyers Club a permis aux acteurs Matthew McConaughey et Jared Leto de remporter chacun un Oscar.

Avec Dallas Buyers Club, Jean-Marc Vallée a contribué à redonner un nouvel élan à la carrière de l’acteur américain Matthew McConaughey, lui permettant même de remporter son premier Oscar.
Photo courtoisie
Avec Dallas Buyers Club, Jean-Marc Vallée a contribué à redonner un nouvel élan à la carrière de l’acteur américain Matthew McConaughey, lui permettant même de remporter son premier Oscar.

Wild (2014)  

Voyant comment Vallée a su tirer le meilleur de ses acteurs dans Dallas Buyers Club, toutes les grandes vedettes d’Hollywood veulent désormais travailler avec le cinéaste québécois. Dans Wild, un drame adapté du roman autobiographique de Cheryl Strayed, c’est Reese Witherspoon qui accepte un rôle à contre-emploi dans la peau d’une jeune femme endeuillée qui entreprend de parcourir à pied un sentier de 1800 km situé dans l’Ouest américain. L’actrice obtient à son tour une nomination aux Oscars.

Jean-Marc Vallée a assisté à une soirée organisée par l’Académie des Oscars, en compagnie des deux actrices principales de son film Wild, Reese Witherspoon et Laura Dern.
Photo d'archives, AFP
Jean-Marc Vallée a assisté à une soirée organisée par l’Académie des Oscars, en compagnie des deux actrices principales de son film Wild, Reese Witherspoon et Laura Dern.

Sur le tapis rouge des Oscars, en mars 2014.
Photo d'archives, AFP
Sur le tapis rouge des Oscars, en mars 2014.

Demolition (2015)  

Contrairement à Dallas Buyers Club et Wild, ce troisième film américain de Jean-Marc Vallée a reçu un accueil mitigé dans la presse internationale. Même si Démolition n’a pas obtenu le succès espéré, le cinéaste québécois a toujours eu une affection particulière pour ce drame sur le deuil qui explore des thèmes déjà abordés dans C.R.A.Z.Y. et Café de Flore. « Il y a un côté rebelle dans Démolition qui rappelle beaucoup C.R.A.Z.Y. C’est un film très rock dans son énergie, ses personnages, son ambiance, son rythme, son montage et, bien sûr, ses choix de chansons », nous révélait-il lors de la sortie du long métrage.

Jean-Marc Vallée et l’acteur Jake Gyllenhaal sur le plateau de tournage du film Demolition, en 2014.
Photo courtoisie
Jean-Marc Vallée et l’acteur Jake Gyllenhaal sur le plateau de tournage du film Demolition, en 2014.

Big Little Lies (2017)  

Trois ans après Wild, Jean-Marc Vallée a refait équipe avec l’actrice Reese Witherspoon pour la réalisation de cette somptueuse et poignante série de HBO qui met aussi en vedette Nicole Kidman, Laura Dern et Shailene Woodley. Au sommet de son art, Vallée y dépeint avec finesse et sensibilité les mécanismes de la violence conjugale et la solitude d’un groupe de mères au foyer. Big Little Lies a triomphé aux Emmy Awards et aux Golden Globes. 

Jean-Marc Vallée était un des meilleurs réalisateurs au monde pour diriger ses acteurs. On le voit ici donner des directives à Nicole Kidman.
Photo courtoisie
Jean-Marc Vallée était un des meilleurs réalisateurs au monde pour diriger ses acteurs. On le voit ici donner des directives à Nicole Kidman.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.