/finance/business
Navigation

Des trophées virtuels pour réconforter

Jean-Philippe Caron propose des dizaines de modèles pour réchauffer les âmes abîmées par la pandémie

Jean-Philippe Caron
Photo courtoisie Jean-Philippe Caron, fondateur d’OVATIO Trophées virtuels, une entreprise de la Montérégie, lance son site web à temps pour les Fêtes. Des dizaines de modèles de trophées virtuels aux textures festives sont offerts pour redonner le sourire.

Coup d'oeil sur cet article

Un entrepreneur de la Rive-Sud de Montréal qui s’est hissé aux plus hauts sommets avec ses créations se lance dans les trophées virtuels pour redonner un peu de chaleur humaine en pleine cinquième vague.

• À lire aussi: Le truc payant du King des aubaines

« C’est un peu en pensant aux gens qui normalement ne reçoivent jamais de trophées que j’ai pensé développer mon idée », confie en entrevue au Journal Jean-Philippe Caron, fondateur d’OVATIO Trophées virtuels.

« Je pensais aussi aux gens en CHLSD, comme le gars qui passe le balai, qui se donne à 100 %. Il n’y aura jamais de gala pour lui, mais ces gens-là méritent d’être reconnus pour ce qu’ils font », ajoute-t-il avec émotion. 

Ces quinze dernières années, Jean-Philippe Caron s’est imposé par ses vrais trophées, qu’il a dessinés et fait fabriquer par une entreprise d’ici. 

« Fait au Québec »

Trophées du Grand Prix de Formule 1, de Grands Prix cyclistes, médailles de championnats du monde... l’homme a su séduire les plus grands par sa griffe et son entreprise Protocole – Trophées d’exception.

Ses œuvres ont été montées sur les plus prestigieux podiums du monde.

Alors que le marché est inondé de trophées qui viennent de l’autre bout du monde, Jean-Philippe Caron, qui était commissaire en œuvre d’art dans une autre vie, a voulu miser sur la qualité.

« Je me bats contre des entreprises qui vendent des objets promotionnels et des trophées par catalogue, fabriqués en grande quantité en Chine », dit-il.

Or, aujourd’hui, il souhaite faire un pas de plus dans le monde virtuel pour conquérir la planète avec ses trophées hyperréalistes sur mesure en 3D.

« C’est un outil pour envoyer de l’amour, pour s’envoyer du bonheur, pour générer de la fierté et se valoriser les uns les autres », donne-t-il comme exemple avec enthousiasme à propos de ces trophées virtuels écoresponsables.

À ce jour, Jean-Philippe Caron a investi plusieurs centaines de milliers de dollars et 14 mois de travail acharné dans sa nouvelle entreprise.

Le faire soi-même

En gros, Jean-Philippe Caron veut permettre aux gens de faire leur trophée à l’aide de son site web et de l’envoyer ensuite gratuitement aux êtres qui leur sont chers.

Une portion de son projet baptisé OVATIO Affaires offre aux entreprises de valoriser leurs employés pour renforcer la culture organisationnelle avec des trophées virtuels exclusifs.

« Il y a des milliards de possibilités de couleurs de trophées, de couleurs, de texture, de fini, qui font en sorte que chaque trophée va toujours être unique », conclut l’homme d’affaires.


Au Québec, Jean-Philippe Caron est fier d'avoir des clients d’envergure, comme Cascades, Promutuel, Brunet, Jean Coutu ou encore Beneva.

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.