/sports/opinion/columnists
Navigation

Jeff Gorton doit commencer le ménage

Jeff Gordon
Photo Pierre-Paul Poulin Jeff Gorton, vice-président exécutif, opérations hockey des Canadiens, lors de sa première conférence de presse depuis sa nomination, au Complexe sportif Bell de Brossard, au début de décembre.

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est pas une grande révélation, mais le Canadien ne participera pas aux séries éliminatoires. Il est donc temps que Jeff Gorton se mette au travail et qu’il règle les dossiers importants. 

• À lire aussi: Toujours des doutes

Le premier, je le répète, est celui de Carey Price.

La première chose que Gorton doit faire, c’est le rencontrer. Peut-être l’a-t-il déjà fait, mais l’heure est maintenant aux décisions. Price aura 35 ans la saison prochaine. 

L’été passé, le gardien du Canadien était prêt à quitter l’organisation. C’est devenu évident quand il a demandé à Marc Bergevin de ne pas le protéger lors du repêchage d’expansion du Kraken de Seattle. 

Les deux hommes doivent avoir une bonne discussion. Carey Price a été bon pour le Canadien et le Canadien a été bon pour Carey Price. Si Price souhaite aider Montréal, il doit partir. 

Deux équipes qui aspirent à la coupe Stanley sont à la recherche d’un gardien de but de la trempe de Price. Gorton doit mettre en compétition les Oilers d’Edmonton et l’Avalanche du Colorado afin d’obtenir le maximum possible pour son joueur de concession. 

D’autres clubs seront assurément disposés à acquérir le gardien du Canadien, mais si l’organisation veut offrir à Price la chance de remporter la coupe, c’est vers ces deux formations qu’il doit se tourner. 

Le ménage ne s’arrête toutefois pas à Price.

Gallagher et Petry aussi

Parmi les contrats que Bergevin a offerts dans les dernières années de son règne, ceux qui font le plus mal à l’équipe en ce moment sont ceux de Brendan Gallagher et de Jeff Petry. 

Comme dans le cas de son gardien, il faudra que Gorton mette des équipes en compétition afin d’obtenir un retour intéressant en échange de Gallagher. Et cela doit se faire vite, avant que l’attaquant ne perde de sa valeur marchande. 

Gallagher en est à la première année d’un pacte de six ans qui lui rapportera en moyenne 6,5 millions $ par campagne. Mais chaque année qui passe abaissera sa valeur aux yeux des autres équipes. 

Il est dur de rester dominant tout au long de sa carrière quand on pratique un style de jeu comme celui du
fougueux attaquant. 

Chiarot doit rester

Plusieurs voient Ben Chiarot quitter Montréal en retour d’un choix de premier tour. Pas moi. Parmi toutes les cartes que Gorton a en main, en voilà une qu’il devrait garder pour lui. 

À mes yeux, Chiarot est presque indispensable aux succès du Canadien. Du côté gauche, il est devenu le défenseur le plus stable de l’équipe. 

À plus forte raison, la défensive est rendue tellement importante pour cette formation. C’était moins le cas avant, en raison de Price. 

Il faudra un défenseur dominant

En fait, je me demande quel travail sera fait par le Canadien pour se rebâtir une défensive dominante. Car, à travers l’histoire, les équipes championnes ont toujours misé sur au moins un arrière de premier plan. 

Récemment, on se souvient de Kristopher Letang avec les Penguins de Pittsburgh, de Drew Doughty avec les Kings de Los Angeles, de Duncan Keith avec les Blackhawks de Chicago. 

Les plus vieux se remémoreront même Bobby Orr avec les Bruins de Boston ou le fameux Big Three du Canadien ! 

Mais, dans l’édition actuelle, on ne voit aucun défenseur de la trempe de ces grands. Est-ce qu’Alexander Romanov pourra remplir ce rôle ? Je crois qu’il sera bon, mais jamais une supervedette. Ou Kaiden Guhle, le capitaine de l’équipe canadienne junior ? Pour l’instant, je l’ignore. 

Tu ne peux pas aspirer aux grands honneurs sans un défenseur de premier plan. Le Canadien doit en trouver un. Et généralement, ce genre de joueur est repêché et développé par l’équipe. 

Les bonnes décisions devront être prises. Sinon, le Canadien ne remportera jamais la coupe Stanley.  

Les échos de Bergie  

La LNH doit faire les bons choix

De toutes les ligues majeures en Amérique du Nord, la NFL est celle qui semble vivre le mieux avec la pandémie. Mais il faut dire qu’elle présente moins de matchs que les autres circuits. C’est tout le contraire dans la Ligue nationale. J’entends tellement de rumeurs. Certaines disent que le Canadien devrait aller disputer tous ses matchs à l’étranger et revenir terminer le calendrier régulier à domicile. Ça n’a aucun sens. Montréal est déjà éliminé du portrait des séries éliminatoires. Imaginez que le CH revienne disputer ses 15 dernières rencontres au Centre Bell. Il n’y aura pas grand monde dans les estrades... Je ne sais pas comment les contraintes sanitaires évolueront, évidemment. Mais la NFL et la NBA prennent position. La LNH, elle, marche sur des œufs. Selon The Guardian, le hockey est en déclin. Ça me fait peur quand j’entends des choses comme ça. Moi, je pense que c’est un sport qui est en bonne santé, mais, pour qu’il le demeure, les décideurs devront prendre les bonnes décisions.  

Dommage pour les Jeux olympiques

Les joueurs de la Ligue nationale ne participeront pas aux Jeux olympiques de Beijing. C’est malheureux, car c’était sans doute notre seule chance de voir Sidney Crosby et Connor McDavid jouer sur le même avantage numérique. Et avec Nathan MacKinnon en plus ! Dans quatre ans, Crosby ne sera sans doute pas des J.O. À moins qu’on ne l’invite à titre honorifique. Il aura 38 ans. J’ai vu une entrevue avec Thomas Chabot, le défenseur des Sénateurs d’Ottawa. Il a déjà hâte aux Jeux de 2026. Pour certains joueurs, il n’y a que la coupe Stanley qui compte. Mais pour d’autres, c’est un rêve de participer aux Olympiques et de remporter la médaille d’or. Au moins, nous aurons le Championnat du monde de hockey junior à nous mettre sous la dent pour les prochains jours. Je souhaite bonne chance à l’équipe canadienne, une formation qui, chaque année, a la pression de mettre la main sur la médaille d’or. Et j’en profite pour vous souhaiter à vous, chers lecteurs, chers athlètes, une très bonne année. Une année de santé, mais aussi de prudence. 

Propos recueillis par Jessica Lapinski

À VOIR AUSSI

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.