/finance/news
Navigation

Se porter garant d’un proche, ça engendre des tonnes d’inconvénients

AdobeStock_324156232 [Converti]
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Sans rouler sur l’or, Nicolas et Marie-Ève, dans la mi-quarantaine, vivent confortablement. Ils ont même investi dans une piscine creusée l’été dernier. Mais un fantôme du passé va venir mettre en péril leur équilibre financier...

• À lire aussi: Centre des loisirs des sourds de Montréal risque la faillite

À eux deux, Nicolas et Marie-Ève gagnent environ 110 000 $ par an. Il leur reste 15 ans à payer sur leur hypothèque, et ils appuient financièrement leurs deux enfants pour les aider à poursuivre leurs études à l’université.

Ils parvenaient à joindre les deux bouts sans difficulté lorsque Nicolas a reçu un coup de fil inquiétant. Il y a quelques années, il a en effet endossé sa sœur Émilie, qui a emprunté un bon montant afin d’acheter une clinique de massothérapie. Or, à cause de la COVID-19, Émilie a dû cesser ses activités pendant de longs mois. 

Si la PCU et d’autres aides gouvernementales l’ont aidée à traverser la crise sanitaire, des ennuis de santé l’ont empêchée de retourner travailler. Cela fait maintenant quatre mois qu’elle ne peut effectuer ses paiements mensuels de 1200 $ et il reste encore un solde de 82 000 $ à rembourser sur le prêt initial. 

Puisque Nicolas a endossé sa sœur, elle lui réclame maintenant ces sommes.

Aucun avantage

Pour connaître ses options, il a contacté les conseillers en réorganisation financière de Jean Fortin. Ils lui ont expliqué qu’en tant qu’endosseur, il hérite de la responsabilité d’acquitter non seulement les arrérages, mais aussi les mensualités et possiblement la totalité du solde encore dû.

Il faut savoir qu’endosser une personne comporte tous les inconvénients d’un prêt, autrement dit la responsabilité ultime du prêt et la réduction de votre capacité d’emprunt. Et ce, en ne présentant aucun de ses avantages, c’est-à-dire pouvoir bénéficier du rendement d’intérêt et de la somme empruntée. 

« Lorsque les gens se font demander par un proche de cautionner une dette, ils confondent souvent la bonne volonté de l’emprunteur avec sa capacité financière réelle. Or, notre expérience démontre que les gens cessent rarement de rembourser une dette par caprice. Lorsqu’ils le font, c’est parce qu’ils n’ont pas le choix », constate Pierre Fortin, syndic autorisé en insolvabilité et président de Jean Fortin.

Entente avec la banque

Dans le cas de Nicolas, l’institution financière a accepté de prendre entente avec lui pour le remboursement des quatre mois de retard et assurer la continuité des versements mensuels. 

« Nous lui avons conseillé de continuer à payer, quitte à utiliser sa marge de crédit, afin de se donner un peu de temps pour trouver un acheteur pour la clinique. Nicolas et sa sœur se sont accordé trois mois pour effectuer ces démarches. S’ils ne réussissent pas, il devra probablement déposer une proposition de consommateur afin de présenter à ses créanciers une offre de règlement avec des paiements qu’il pourra assumer », indique Pierre Fortin. Une chose est sûre, la dette de sa sœur et les problèmes qui l’accompagnent sont désormais les siens...

Conseils 

Si un proche vous demande de l’endosser pour un prêt, voici les questions que vous devriez vous poser avant de dire oui : 

  • Lorsqu’une institution financière exige une caution, c’est un indice qu’elle a des doutes sur la capacité financière de l’emprunteur. Soyez d’autant plus prudent. 
  • Assurez-vous d’abord que votre propre sécurité financière ne serait pas mise en péril si vous aviez à rembourser le montant endossé. Rappelez-vous qu’un prêt qui est en défaut est habituellement remboursable immédiatement. La banque peut, mais n’est pas obligée, de vous accorder les mêmes termes et délais de remboursement que le prêt original. 
  • Vérifiez que l’institution financière qui a accordé le prêt a pris en garantie, lorsque c’était possible, des actifs tangibles (par le biais d’une hypothèque, d’un contrat de vente à tempérament, etc.). En cas de défaut de paiement, mieux elle sera protégée, moins vous aurez à rembourser. 
  • Aussi, sachez que votre risque est intimement lié à la perte potentielle dans la valeur du bien avec le temps. Ainsi, cautionner un prêt pour une maison ne comportera pas le même niveau de risque que celui pour un véhicule récréatif ! 

À VOIR AUSSI

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.