/opinion/faitesladifference
Navigation

M. Fitzgibbon, prenez une bonne résolution pour 2022

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Monsieur le Ministre,

Comme le disait l’oncle de Peter Parker, alias Spider-Man, «avec de grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités». C’est cette maxime que vous devez faire vôtre pour la nouvelle année qui s’amorce.

Pour l’année 2022, je vous invite à prendre une bonne résolution et à laisser derrière vous vos mauvaises habitudes en matière d’éthique et de transparence. Vous verrez, ce sera même bon pour vous.

Depuis votre nomination au Conseil des ministres à l’automne 2018, vous avez fait les manchettes plus d’une fois. À trois reprises, vous avez été blâmé par la commissaire à l’éthique pour entorse au code d’éthique et de déontologie de l’Assemblée nationale.

En cause? Vos actions dans deux entreprises, White Star Capital et Immervision, qui vous auraient placé en situation de conflit d’intérêts, alors que ces deux entreprises faisaient affaire avec le ministère de l’Économie, que vous dirigiez au même moment.

Exclusion

Grâce à la ténacité de mon collègue Vincent Marissal, François Legault s’est vu dans l’obligation de vous exclure du Conseil des ministres en juin dernier jusqu’à ce que votre situation soit régularisée.

Après trois mois de pause forcée, vous avez réintégré le Conseil des ministres de la CAQ en septembre, fier de nous annoncer que vous aviez placé vos actions dans une fiducie sans droit de regard pour toute la durée de votre mandat de ministre. Malheureusement, vos mauvaises habitudes en matière de transparence et d’éthique n’ont pas tardé à refaire surface.

Il y a quelques semaines, nous apprenions que vous avez octroyé pas moins de 68 millions $ à 10 entreprises qui ne respectaient même pas les critères d’admissibilité fixés par Investissement Québec ou qui étaient en faillite! Malgré nos demandes répétées, vous continuez de refuser de rendre publics les noms des entreprises qui ont été favorisées. Pourquoi ces entreprises plutôt que d’autres?

En entrevue avec Le Journal de Québec, vous avez parlé de vos collègues de l’opposition à l’Assemblée nationale de façon cavalière. Je vous cite: «Me faire poser des questions de 45 secondes par du monde qui ne sait pas de quoi il parle, ça me dérange.»

Les règles sont les règles

Monsieur le Ministre, peut-être que ça vous dérange de vous faire poser des questions gênantes par des élus, mais les règles sont les règles.

Être ministre, ce n’est pas agir comme le PDG d’une multinationale et gérer l’argent des contribuables comme sa petite caisse personnelle. Ce n’est pas non plus contourner les règles d’éthique et les normes de transparence sous prétexte qu’elles sont «trop rigides» à votre goût.

Être ministre, c’est avoir le pouvoir de prendre des décisions difficiles. C’est avoir le pouvoir de déterminer les critères qui seront retenus pour aider (ou pas) les entreprises à faire face à la relance post-COVID-19. Mais c’est surtout avoir la grande responsabilité de guider vos décisions en fonction d’une valeur cardinale: le bien commun.

Non seulement vous avez la responsabilité de respecter toutes les règles de conduite dont nos institutions sont dotées, mais vous avez aussi la responsabilité de répondre aux questions des élus et à celles des citoyens. Y compris les questions qui ne vous plaisent pas. Y compris les questions qui proviennent de «gens qui ne savent pas de quoi ils parlent», comme vous dites.

L’écrivain français Jules Romains disait que les bonnes résolutions ne gagnent pas à être différées. Monsieur le Ministre, il n’est jamais trop tard pour changer. À moins d’un an de l’élection du 3 octobre 2022, je vous invite à faire à vos collègues et à vos concitoyens le plus beau des cadeaux: celui de la transparence.

Quebec
Photo d'archives

 

– Ruba Ghazal, députée de Mercier et porte-parole de Québec solidaire en matière d’économie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.