/news/coronavirus
Navigation

Couvre-feu: «Ce n’est pas une mesure qui semble fonctionner», estime un expert

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault ne devrait pas opter pour l’imposition d’un nouveau couvre-feu pour freiner la propagation de la COVID-19 dans la province, croit un spécialiste.

• À lire aussi: Hausse record de 14 188 cas au Québec

• À lire aussi: Vers plus de 300 patients aux soins intensifs à la mi-janvier

«Ce n’est pas une mesure qui semble fonctionner. Pour cette raison, je crois que le couvre-feu n’est pas nécessairement la mesure qui va limiter la propagation du virus», affirme Benoit Barbeau, professeur au département des sciences biologiques à l’UQAM, en entrevue à LCN. 

M. Barbeau est plutôt d’avis qu’il faudrait que François Legault, lors de son point de presse prévu jeudi soir à 17h, devrait «opter pour des mesures qui limitent réellement ce contact». 

Le professeur propose notamment la fermeture des salles à manger des restaurants pendant une certaine période de temps. 

«C’est tout simplement de limiter la possibilité qu’une personne contagieuse puisse être en présence d’autres personnes et donc de transmettre le virus et c’est comme ça qu’on doit agir», déclare-t-il. 

Benoit Barbeau croit aussi que des restrictions supplémentaires devraient être imposées dans les commerces et les centres d’achats «où les gens se rassemblent un peu plus, et donc, où il y a plus de contacts personne à personnes». 

Toujours six personnes pour le jour de l’An?

Le professeur au département des sciences biologiques prévoit aussi que les mesures qui devraient être annoncées par le premier ministre à 17 pourraient toucher les rassemblements. 

Il pense cependant qu’il serait difficile d’appliquer de telles restrictions avant les célébrations du Nouvel An. 

«À quel moment on imposera justement une limitation au niveau des rassemblements? Que ce soit à partir de demain, ce serait exiger beaucoup de la part de la population québécoise. Donc, à ce niveau-là, je crois qu’il y aura probablement un certain délai», avance-t-il. 

À VOIR AUSSI