/news/coronavirus
Navigation

De moins en moins de sans rendez-vous pour le dépistage

De moins en moins de sans rendez-vous pour le dépistage
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les Québécois doivent de plus en plus prendre rendez-vous afin de se faire dépister pour la COVID-19, alors que la majorité des régions de la province ont retiré l’option du sans rendez-vous.

• À lire aussi: Vers plus de 300 patients aux soins intensifs à la mi-janvier

• À lire aussi: La plateforme web de dépistage du gouvernement en panne pendant une demi-journée

Alors que l’achalandage pour les tests de dépistage est à son comble dans toute la province, de plus en plus de régions interrompent les dépistages sans rendez-vous et n’acceptent que les personnes ayant des symptômes de la COVID-19.

C’est notamment le cas dans les régions du Bas-Saint-Laurent et du Saguenay–Lac-Saint-Jean, où la prise de rendez-vous est obligatoire.

Le centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais a d’ailleurs emboité le pas, jeudi.

«La suspension du sans rendez-vous est en raison du fort volume que nous connaissons actuellement et pour faciliter les opérations et la fluidité», a expliqué le CISSS de l’Outaouais dans un communiqué.

Plus de plages seront disponibles pour la prise de rendez-vous afin de permettre à un plus grand nombre de personnes de se faire dépister.

Les autorités recommandent aux Québécois de se faire dépister seulement s’ils ont des symptômes de la COVID-19. Les gens qui ont passé un test rapide qui s’est avéré positif devraient aussi simplement s’isoler, sans faire confirmer leur résultat avec un test PCR, a demandé Québec.

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.