/opinion/columnists
Navigation

Célébrer l’espérance

Célébrer l’espérance
Photo iStock

Coup d'oeil sur cet article

Le 31 décembre pourrait être une autre journée banale du calendrier. Objectivement, nous savons pertinemment que le changement d’année ne révolutionnera pas nos vies, que ce qui est valable aujourd’hui le sera encore demain.

Pourtant, les célébrations du Nouvel An existent dans toutes les cultures, et ce, depuis l’Antiquité romaine, voire depuis l’époque babylonienne. Partout, on oscille entre l’invitation et l’injonction à la fête.

Et cette année, même sans extravagance, même en comité réduit ou par écrans interposés, parions que personne ne résistera à la tentation de souligner ce passage pourtant essentiellement symbolique. Et c’est parfait ainsi ! Car si cet acte cérémoniel est devenu un rite collectif, c’est parce qu’il exprime l’espoir renouvelé ou, mieux encore, l’imperturbable espérance.

Pandore

Dans la mythologie grecque, la curiosité amena Pandore à ouvrir une boîte interdite de laquelle s’échappèrent tous les maux de l’humanité. Seule l’espérance resta au fond de cette boîte lorsque Pandore rabattit le couvercle.

Plusieurs interprétations de ce mythe sont possibles. J’aime y voir l’idée que les maux s’envolent, tandis que l’espérance reste.

Covid

L’arrivée du coronavirus a incontestablement ouvert la boîte de Pandore. Ce microscopique agent infectieux a mis au défi nos modes de vie, compromis nos plans et nargué nos certitudes.

Depuis, maladie, mortalité, anxiété, confinement, solitude, files d’attente, pénuries, inflation, libertés réduites, pauvreté, perturbations sociales et politiques, et bien d’autres crises se sont invités dans nos sociétés ou ont pris de l’ampleur. Fort heureusement, peut-être grâce à Pandore, rien ne peut avoir raison de l’espérance. C’est plutôt elle qui donne à la vie sa saveur, qui permet à chacun de construire son édifice.

À l’aube de 2022, alors que le contexte sanitaire demeure anxiogène et incertain, célébrer l’espérance est plus nécessaire que jamais.

On dit que « l’ordre naît du chaos ». Le virus a créé le chaos. Espérons maintenant que l’ordre est pour très bientôt !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.