/finance/business
Navigation

Nouvelles restrictions: «Un marathon sans fin pour les PME»

GEN-FERMETURE-BAR
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Les différentes annonces faites par Québec jeudi vont de nouveau fragiliser les PME, s’inquiète la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), qui exhorte le gouvernement à revoir ses plans.

• À lire aussi: Les restaurateurs sont en furie

• À lire aussi: Voici les nouvelles mesures qui entreront en vigueur aujourd'hui à 17h

À l’aube d’une troisième année marquée par des restrictions économiques en raison de la pandémie, la résilience des propriétaires de PME qui jonglent avec ces fermetures à répétition «atteindra tôt ou tard ses limites», a averti la FCEI.

«Avant la mise en place des restrictions de décembre, c’était près d’une PME sur quatre qui ne pensait pas se rendre à la fin de l’année 2022 en raison de revenus sous la normale. Pour les dirigeants de PME qui doivent fermer leur entreprise ou ralentir la prestation de services encore une fois, c’est l’équivalent de courir un marathon sans fin», a déclaré François Vincent, vice-président pour le Québec de la FCEI, par voie de communiqué, vendredi.

La FCEI souligne que le niveau d’endettement contracté en raison de la COVID-19 est «inquiétant», atteignant 200 000$ en moyenne pour les restaurateurs avec salle à manger et 100 000$ en moyenne pour les PME québécoises.

«Pour les restaurateurs, ce sera un coup difficile à passer et c’est, avec les gyms, les cinémas, l’événementiel et les centres de divertissement, un des secteurs les plus durement touchés par les restrictions. Pour les commerces de détail, on peut se questionner sur la fermeture du dimanche, qui va générer une demande très élevée le samedi. C’est pourquoi nous demandons au gouvernement du Québec de permettre le ramassage en bordure de rue pour le dimanche», a ajouté M. Vincent.

La Fédération s’inquiète également de l’impact du report de la rentrée au 17 janvier pour les écoles primaires et secondaires. En effet, avec près de deux PME sur trois qui sont en situation de pénurie de main-d’œuvre, l’absence d’employés qui doivent prendre soin de leur enfant augmentera la pression sur ces PME.

«La moitié des entreprises au Québec ont moins de cinq employés. Donc, pour celles-ci, perdre un employé représente une réduction de 20% de la force de production», a précisé François Vincent.

La Fédération, qui estime que les fermetures de commerce doivent être adoptées «en dernier recours seulement», demande aussi au gouvernement d’améliorer la gestion des tests rapides pour les démocratiser, et d’évaluer la possibilité de réduire la durée de confinement des personnes sans symptômes.

À VOIR AUSSI  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.