/lifestyle/family
Navigation

Souhaits vétérinaires pour 2022: Que tous les chats gardent leurs griffes

animo 1231
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Le jour de l’An est pour plusieurs l’occasion de faire un bilan sinon un souhait ou deux pour l’année qui débute. Je ferai donc un souhait, un souhait vétérinaire, mais aussi un souhait en tant qu’amoureuse des chats : que plus jamais un chat ne soit dégriffé au Québec dès 2022.

• À lire aussi: Un bon griffoir pour votre chat

Que le ministère de l’Agriculture (MAPAQ) interdise le dégriffage de tous les chats en sol québécois, c’est mon souhait le plus cher. 

C’est aussi celui de plusieurs des acteurs du domaine animal : Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ) en pratique des petits animaux, Association canadienne des médecins vétérinaires, Association des techniciens en santé animale du Québec, SPCA, Éduchateur, etc. Même l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec, qui n’a pas de pouvoir législatif en ce sens, a récemment modifié son énoncé de position sur le sujet pour le rendre plus percutant : « Dégriffer son chat : plus maintenant ! »

Les temps changent et la science évolue

Plusieurs d’entre nous ont fait dégriffer leurs chats dans le passé pour diverses raisons : destructions des meubles, peur de blessures infligées, etc. Il ne faut pas se sentir coupable, cependant les temps changent et il faut suivre le courant... 

Avec l’évolution de la science, l’éveil des sensibilités à la cause du bien-être animal et le recul nécessaire, on réalise que le dégriffage, qui consiste à enlever chirurgicalement la dernière phalange de chacun des doigts du chat, ne rend pas service aux chats de ce monde.

La mutilation de chaque bout des doigts apporte des changements indéniables au niveau de la biomécanique des mouvements du chat puisque ce dernier marche sur ses doigts et non sur ses talons comme les humains. 

Les chats dégriffés vivent parfois avec des douleurs chroniques (des syndromes neuropathiques sont probables), ils ont plus de chance d’avoir des problèmes de malpropreté et donc, de faire leurs besoins hors de la litière. Ils pourraient mordre plus aussi sans leurs griffes. Or les morsures ont des conséquences souvent plus graves que les griffades. Les Centres de contrôle et de prévention des maladies américains ne recommandent d’ailleurs pas aux gens immunosupprimés de faire dégriffer leurs chats pour cette raison.

Pour ce qui est de la peur de voir son chat détruire le mobilier, il faut savoir qu’il y a des solutions qui fonctionnent. 

Ma chronique de la semaine dernière vous expliquait comment choisir un griffoir parfait pour que votre chat l’utilise. L’Éduchateur vous renseigne aussi sur les caractéristiques nécessaires d’un poteau à griffes (https://educhateur.com/portfolio/videos/solutions-aux-griffades-sur-le-mobilier/).

Un deuxième souhait

Le dégriffage est interdit dans une quarantaine de pays dans le monde. Il ne reste que deux provinces au Canada qui ne l’ont pas encore interdit : le Québec et l’Ontario. Ici, le MAPAQ a le pouvoir de légiférer en ce sens et est justement en train de revoir la loi sur le bien-être animal.

Alexandra Yaksich, technicienne en santé animale et auteure, est à l’origine d’une pétition déposée à l’Assemblée nationale qui plaide en faveur de l’interdiction du dégriffage, de la coupe des oreilles, de la coupe de la queue et de la dévocalisation chez les animaux de compagnie, toutes des chirurgies non thérapeutiques qui n’amènent aucun bénéfice à l’animal. Tout le monde peut signer cette pétition jusqu’au 17 janvier 2022 sur le site de l’Assemblée nationale (https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-9295/index.html) et ce serait mon deuxième souhait : allez la signer. 

Le chat est l’animal de compagnie préféré des Québécois si on se fie aux récents sondages de l’AMVQ, qui le place au premier rang des animaux présents dans les ménages québécois. On lui doit bien ça !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.