/misc
Navigation

La dictature de la minorité

La dictature de la minorité
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Depuis les débuts de la pandémie, les opposants aux mesures sanitaires nous ont cassé les oreilles avec leurs conspirations bidon.

Or, on constate qu’à force de dénoncer la dictature sanitaire, ils nous ont imposé leur propre dictature.

Certes, les non-vaccinés ne sont pas les seuls responsables du tsunami Omicron qui nous replonge dans le confinement de trop. Mais ils contribuent de manière disproportionnée à l’hécatombe. 

Pire, de l’aveu même de François Legault, c’est à cause d’eux que 89 % de la population doit se taper un couvre-feu liberticide.

Tendance lourde

Or, pourquoi nos gouvernements ont-ils peur de les affronter ? Peut-être parce que le respect des différences et la quête d’égalité dans notre société ont glissé vers un culte de la minorité.

C’est manifeste dans la réaction viscérale des opposants à la loi 21 qui objectivement vise à protéger les valeurs de la majorité. Une minorité de Québécois sont blessés.

C’est aussi clair dans la réforme du droit de la famille. Sexe, identité de genre, gestation pour autrui, la minorité non binaire de la minorité LGBTQ2 qui a forcé la main du gouvernement sans autre forme de débat, la minorité de couples infertiles qui font appel aux mères porteuses tout autant.

Loi 101 au cégep, l’étudiant blessé par les propos d’un professeur, la liste des censures sur l’autel du respect de la minorité est longue. L’aboutissement d’une conquête de la rectitude politique sur les nuances et dilemmes inhérents à une société pluraliste.

Voilà l’époque dans laquelle on vit. La perfide dictature de la majorité a dû céder le pas au culte de la minorité. C’est là un débat qu’il faudra avoir le courage de poursuivre.

Chose certaine, face à la déferlante Omicron, la majorité, son économie, sa santé mentale, l’éducation de ses enfants, en ont royalement marre de payer pour une minorité entêtée.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.