/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: restez au Québec, implorent des vacanciers pris à Cuba

Des touristes ayant contracté le virus ont dû séjourner dans des hôtels sales

covid-cayo-coco
Photo courtoisie Alain St-Louis a dû séjourner pendant cinq jours dans un complexe hôtelier désaffecté de Cayo Coco, à Cuba, parce qu'il avait reçu un résultat positif à la COVID-19.

Coup d'oeil sur cet article

Des touristes qui ont contracté la COVID-19 dans des tout-inclus de Cuba et qui ont dû s'isoler dans des conditions éprouvantes implorent les Québécois de reporter leurs vacances au soleil.

• À lire aussi: Des influenceurs d’ici dans un sérieux pétrin pour un party en avion

«On a vécu l’enfer là-bas. C’était comme une prison», affirme Alain St-Louis. 

Cet homme de 52 ans a été forcé de passer cinq jours dans un hôtel désaffecté de Cayo Coco qui accueille maintenant les voyageurs ayant la COVID-19. 

Comme exigé par le Canada, Alain St-Louis et son amie ont effectué des tests COVID à l’hôtel Gran Muthu Rainbow de Cayo Guillermo, 72 heures avant leur retour à la maison. Quelques heures avant leur vol, ils ont reçu des résultats positifs. 

Le 27 décembre, ils ont donc été transportés en ambulance vers un complexe hôtelier désigné pour les personnes ayant contracté le virus, qui était rempli de Canadiens.

«Je voyais des ambulances arriver à tout bout de champ. Le médecin ne savait plus où placer le monde. Les gens pleuraient», raconte le résident de Napierville, sur la Rive-Sud de Montréal.

Selon lui, la nourriture était tellement infecte qu’il aurait perdu entre 15 et 20 livres durant son séjour. Il aurait notamment reçu des œufs dont le jaune avait viré au brun et des hamburgers dont les boulettes n’étaient pas cuites adéquatement.

Les communications avec le personnel, incluant les médecins, étaient laborieuses, comme personne ne parlait ni français ni anglais. Il n’était pas plus facile de communiquer avec ses proches, car il n’y avait pas de téléphone ni d’internet à la disposition des résidents.   

  • Écoutez le témoignage d'Alain St-Louis au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB radio:    

Voyage en famille gâché

Carinne Colombin et ses filles, Amanda et Élodie, avant de contracter le virus
Photo courtoisie
Carinne Colombin et ses filles, Amanda et Élodie, avant de contracter le virus

Le voyage à Cuba de Carinne Colombin, sa sœur et ses deux filles de 10 et 12 ans, a également tourné au cauchemar.

«[Quelques jours avant le départ], on s’est vraiment questionnées: est-ce qu’on part quand même? On s’est dit que faire attention ici et là-bas, c’est pareil», raconte celle dont le séjour a débuté le 18 décembre, à Cayo Coco.

Ses deux filles, Amanda et Élodie, ont reçu un résultat positif après avoir passé un test pour revenir au pays. Le lendemain, la mère et ses deux enfants ont reçu l’ordre de partir dans une ambulance.

Une fois arrivées à la «clinique-hôtel» où elles passeront trois jours, elles ont dû partager des espaces communs avec deux autres familles qui avaient également attrapé le virus, alors que le bâtiment était comble.

«Il n’y avait pas de papier de toilette, pas de serviette, pas de savon. Une chance que j’avais amené tout ça», précise Carinne Colombin. «Ils nous donnaient de l’eau au repas. Entre les repas, il fallait vraiment s’obstiner», ajoute-t-elle, en précisant qu’il faisait autour de 28 degrés.

«C’est sûr que si j’avais lu quelque chose comme ça ou si on m’avait dit: “Si vous avez la COVID, ils vous amènent à cet endroit”, j’aurais peut-être laissé faire», exprime Mme Colombin.

Son témoignage va dans le même sens que plusieurs autres publiés sur les réseaux sociaux dans les derniers jours.

«L’agence nous a dit que les cas [de COVID] étaient vraiment au Québec; qu'il n’y en avait vraiment pas à Cuba. On se fie quand même à notre agence pour partir en voyage», déplore Guylaine Pellerin dans une vidéo mise en ligne hier.

  • Écoutez la chronique du journaliste Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

«Si vous avez un voyage de planifié à Cuba, [...] ce n’est vraiment pas le temps de partir», précise la jeune femme de Trois-Rivières.

«Si j’ai réussi à faire en sorte [avec mes vidéos] qu’il y ait des gens qui ont annulé ou reporté leur voyage, c’est déjà ça. Comme on dit, on apprend de nos erreurs et nous, on a vraiment appris», précise quant à elle Laurianne Gagné, qui a également attrapé la COVID à Cuba.

À VOIR AUSSI  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.