/news/currentevents
Navigation

Influenceurs: Air Transat et Air Canada refusent de les ramener au pays

Coup d'oeil sur cet article

Après Sunwing, Air Transat a annoncé à son tour qu’il refusera l’embarquement aux influenceurs perturbateurs afin de les ramener au pays.

• À lire aussi: Influenceurs en l’air: «Une gang de sans-dessein», selon Justin Trudeau

• À lire aussi: Vol de retour annulé pour les influenceurs québécois sur le party

• À lire aussi: [EN IMAGES] Des influenceurs d’ici dans un sérieux pétrin pour un party en avion

«Nous sommes au courant de la situation entourant des passagers perturbateurs ayant voyagé vers Cancún qui tentent maintenant de revenir au pays sur nos ailes. Nous confirmons que ceux-ci se verront refuser l’embarquement en vertu de nos obligations légales et règlementaires d’assurer la sécurité de nos passagers et des membres de l’équipage, qui est notre priorité absolue», a fait savoir le transporteur aérien sur Twitter.  

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio :   

Mercredi après-midi, Air Canada a également décidé de refuser de les transporter. 

Malgré la désapprobation généralisée dans la population, un des organisateurs en a même rajouté sur les réseaux sociaux. 

«It was worth it [ça valu la peine], a écrit James William Awad sur Twitter.

Mercredi, en début d’après-midi ce dernier s’est affiché repentant sur son compte Instagram.

«Je prends cette histoire très au sérieux. Un simple party dans un avion a créé toute cette commotion. Je vais prendre une pause pour repenser à tout ça et particulièrement à comment je peux faire mieux la prochaine fois. Laissez-moi le temps de mieux comprendre cette situation.», a-t-il écrit dans une story.        

  • Écoutez l’entrevue de Sophie Durocher avec Claudie Mercier, créatrice de contenus et ex-candidate à Occupation double Afrique du Sud en 2019 sur QUB radio :

Selon nos informations, le groupe d’influenceurs tenterait de reprendre un vol qui les transporterait à Plattsburgh pour ensuite traverser la frontière terrestre en voiture.

«Comme ça personne sera checker au retour et on évite tout les journaliste a l’aeroport [sic]», indique un message truffé de fautes et partagé sur les réseaux sociaux. 

 

Elles tentent de redorer leur image

Trois jeunes femmes qui faisaient partie du groupe ont voulu s’expliquer sur ce qui s’était passé sur le vol vers le Mexique. 

«Je n’ai pas envie de faire comme si ça ne s’était jamais passé et tout et tout. En même temps, on se fait aussi ''basher'' pour des trucs qu’on n’a pas faits. Moi à la base, je ne connaissais absolument personne à part ces deux-là», a soutenu l’une d’entre elles en pointant ses deux amies.

«Je pense que ce n’est pas nécessaire d’envoyer des messages de haine! Je pense que ce n’est pas nécessaire de mettre Isa dans la mer** avec sa job de pilote», a ajouté une autre femme.     

  • Écoutez la chronique de Vincent Dessureault sur QUB radio   

Retour sur les événements

Un appareil avait été nolisé le 30 décembre dernier par un club privé qui a organisé un voyage de Montréal vers Cancún avec des dizaines d’influenceurs.

Le vol a rapidement dérapé lorsque des passagers se sont mis à fumer, boire leur alcool personnel, danser sans masque et même avoir des ébats sexuels.

Selon l’organisateur du voyage et des vols nolisés, James William Awad, Sunwing a préféré annuler le vol qui devait ramener du Mexique au Québec les fêtards mercredi soir.

En point de presse mercredi, le premier ministre du Canada Justin Trudeau a qualifié le groupe de «sans-dessein».

À VOIR AUSSI           

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.